Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Cameroun: Présidentielle, les candidats invités à intégrer l'adoption des textes contre les violences sexuelles et sexistes
 
© koaci.com- Mercredi 5 septembre 2018- La société civile camerounaise invite les candidats à l'élection présidentielle du 7 octobre prochain, à intégrer dans leurs programmes, l'adoption des textes de lois sur les violences faites aux femmes.

Les violences faites aux femmes persistent au Cameroun et prennent des proportions alarmantes. La situation est endémique précisément dans la région de l'Extrême Nord en raison de la prédominance des traditions et cultures défavorables à la femme.

Le tableau sombre de ces discriminations encouragées par le poids des us et coutumes, l'ignorance des lois, ainsi que par la confusion entre religion et traditions, a été brossé à Yaoundé par l'Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALUF).

L'ALUF estime qu'il y a un déficit dans les programmes des 9 candidats à l'élection présidentielle sur la thématique du statut des violences faites aux femmes et filles.

L'association veut inciter les candidats à intégrer dans leurs programmes l'adoption des textes de lois contre les violences sexistes et sexuelles.

Ce combat, l'ALUF, le mène au Cameroun depuis les années 1990, "le combat que nous menons est visible au Cameroun à partir des années 90. Des années 90 à aujourd'hui, nous pensons qu'il y a beaucoup d'intervenants. Et non des militants. Par ce qu'ils ont même changé de concept. Au lieu de parler des violences faites aux femmes et aux filles ils parlent désormais des violences basées sur le genre", explique Bille Siké coordonnatrice nationale d'ALUF.

D'après madame Sike, il y a un manque de volonté politique et un recul, " lorsqu'on observe les dernières nominations des SG dans les ministères il n'y a pas de femmes", fait-elle remarquer.

Le Cameroun qui a ratifié de nombreux textes et conventions pour la promotion des droits de la femme et de la fille, organise l'élection présidentielle le 7 octobre prochain dans un contexte sécuritaire tendu.

Lire aussi : https://koaci.com/cameroun-presidentielle-2018-candidats-retenus-lelecam-122129.html

Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont secouées depuis octobre 2016 par des revendications sociopolitiques qui ont débouché sur des affrontements armés entre séparatistes et forces régulières.

Armand Ougock, Yaoundé

-Pour toute information, joindre la rédaction camerounaise de KOACI au 237 691 15 42 77- ou cameroun@koaci.com –
 
 
2613 Visite(s)    0 Commentaire(s)   Ajouter le : 05/09/2018
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Commentaires
Pour commenter ce contenu veuillez vous connecter
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Restez connecté via notre newsletter
 
S’abonner
Se désabonner
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connexion    |
      | Inscrivez vous !
 
 
 
Deja inscrit !
Se connecter