Logo Koaci
 
 
 
Pénurie de monnaie : les députés ivoiriens accusent la Bceao
 
::Koaci.com Abidjan::Les députés ivoiriens s'inquiètent de ce phénomène qui pénalise l'économie déjà fragile du pays::

Le président du groupe parlementaire du Pdci-Rda, Edjampan Amoikon Tiémélé, a accusé, mercredi à Abidjan, la Banque centrale des Etat de l’Afrique de l’ouest (Bceao) de provoquer la pénurie de petites coupures de billets de banque sur le marché, en favorisant leur vente en Côte d’Ivoire. «Les abords de la représentation nationale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) pullulent de jeunes gens en possession d’importantes sommes d’argent en petites coupures de 2000 F ou 1000 F et qu’un véritable réseau est organisé pour l’écoulement des pièces de monnaie», a révélé le député. C’était à la cérémonie solennelle d’ouverture de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale pour l’année 2010, présidée par la première vice-présidente de l’Institution, Mme Ago Marthe. Il traduisait ainsi une communication arrêtée à une réunion de la conférence des présidents de groupes parlementaires. «Ce trafic, d’ailleurs interdit par nos lois, se fait au vu et au su de tout le monde et surtout des responsables ou agents de la Bceao Search Bceao qui ne prennent aucune disposition pour y mettre fin alors que les banques sont privées de ces mêmes billets», a accusé le parlementaire.

Cette situation, a soutenu Edjampan Amoikon Tiémélé, crée en Côte d’Ivoire, «une pénurie récurrente de petites coupures de billets de banque et de pièces de monnaie dans les établissements bancaires, sur les marchés et autres espaces d’échanges commerciaux». Une situation qui va s’aggravant et qui a des répercutions négatives sur la circulation de la monnaie fiduciaire en général et des échanges commerciaux en particulier. Pour lui, ladite pénurie met en danger toute l’activité économique générale de la Côte d’Ivoire. Selon ses explications, aussi bien dans les grandes surfaces que dans les marchés des quartiers, «trouver de la monnaie est devenu un véritable casse-tête». Une situation d’autant inadmissible, a-t-il dénoncé, qu’elle est entretenue par des individus portés sur l’argent facile. «Il s’agit d’une pénurie artificielle, voir même provoquée, due à la cupidité de certains de nos frères qui se livrent à un trafic illicite de la monnaie», a-t-il dit.

Pour mettre un terme à cette situation et remettre les petites coupures et la monnaie sur le marché, les présidents des groupes parlementaires appellent à une action concertée. «Que l’Assemblée nationale en soit informée et que des réflexions soient menées avec la commission économique et financière afin que les responsables ivoiriens du ministère de l’Economie et des Finances et de la Bceao Search Bceao prennent les mesures idoines pour arrêter ce honteux trafic», a proposé Edjampan Amoikon Tiémélé. En tout état de cause, il a invité les députés à faire en sorte que «des solutions rapides et efficaces soient trouvées à cette situation».

Kapolodjo
 
 
2740 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 28/04/2010
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login