Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Nigeria : Après Sani Abacha, la langue française s’impose dans l’Armée
 
Des officiers avec le Président Goodluck (ph)

- Nigeria Search Nigeria - Lagos le 28 Avril 2013 © koaci.com –
Dans le contexte de globalisation et de coopération sous régionale, la connaissance et l’usage de la langue française s’imposent aux soldats nigérians qui espèrent une promotion dans leur carrière mais aussi pour plus d’influence sur le plan international.

Pour les soldats nigérians, hommes de rang, officiers et même les aspirants, la hiérarchie militaire a décidé que la langue française soit désormais une condition préalable pour quiconque voudra avoir de la promotion. Cette information est confirmée par le Ministère Fédéral de l’Information (FMI).

En annonçant cette nouvelles à ses frères d’armes lors du deuxième trimestre de la formation des agents de la Brigade des Gardes, le Lieutenant-général Azubuiken Ihejirika, le chef d'état-major de l’Armée fédérale nigériane, a déclaré que c’est l’une des innovations qui rendront l'Armée plus proactive et réactive face aux questions de sécurité. Dans les coulisses, il se murmure que le Nigeria, le gendarme de l’Afrique de l’ouest qui se veut être la première puissance du continent, voudra par cette démarche s’ouvrir aux pays francophones pour plus de coopération en matière de sécurité.

En plus de ces objectifs, le chef d’Etat-major a ajouté que l’usage de la langue française va permettre aux forces de sécurité de lutter contre les réseaux criminels qui opèrent à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Après la prise de cette décision qui s’apparente à l’imposition de l’apprentissage de la langue française dans l’Armée, certains jeunes nigérians ont émis des réserves. Pour Foster, un jeune étudiant bilingue à Lagos, la décision ne va pas faciliter la tâche aux soldats qui sont dans l’Armée mais plutôt va avantager les futurs recrus qui s’intéressent depuis un temps à la langue de Molière.

Rappelons qu’à son temps en décembre 1996 au plus fort de sa dictature militaire, le Président Sani Abacha Search Sani Abacha avait imposé l’apprentissage de la langue français aux nigérians mais surtout les étudiants. Cette décision du général Abacha a finalement conduit à la reconnaissance du français comme la deuxième langue officielle du Nigeria Search Nigeria et elle est devenue obligatoire dans les écoles. Cette démarche a contraint bon nombre de ses concitoyens à prendre la route du Benin et du Togo pour des études supérieures en français.

Enfin au Ghana voisin, un pays anglophone entouré lui aussi uniquement que de pays francophones, face aux flux des refugiés ivoiriens qui fuyaient la crise post-électorale en 2010 dans leur pays, le gouvernement ghanéen était obligé d’imposer l’apprentissage de la langue française aux policiers afin de faciliter leurs échanges avec leurs hôtes circonstanciels.

Mensah
 
 
15117 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 28/04/2013
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login