Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Menace d'implosion de la majorité au pouvoir à l'approche de la présidentielle anticipée
 
::Koaci.com Libreville:: Loin le temps de l'union du PDG incarnée par le feu Omar Bongo?::

Les préparatifs de la prochaine élection présidentielle qui doit intervenir au plus tard le 6 septembre prochain, mettent à nu une menace d’implosion qui quête la famille de la galaxie présidentielle, au regard des prises de positions non concertées, et qui traduisent à n’en point douter une dispersion des forces, en dépit de quelques appels à la retenue, au non de la survie de ce regroupement de partis et mouvements politiques mobilisés autour du programme politique sur la base duquel avait été réélu fin 2008 feu le président de la république Omar Bongo Ondimba, décédé le 08 juin dernier.
Les choses bouchent effectivement dans le camp au pouvoir alors que l’on se rapproche de la prochaine élection présidentielle, sauf que contrairement au temps du vivant du président Bongo Ondimba ou tout se faisait après l’obtention du quitus du chef de ce regroupement politique, les choses évoluent désormais autrement en l’absence d’un chef capable de fédérer autour de lui les aspirations des membres de cette famille politique, ou depuis la mort du président Bongo, le chef de cette majorité présidentielle, chacun prêche pour sa chapelle.

Le parti démocratique gabonais PDG, la formation au pouvoir qui doit désigner son candidat à la présidentielle le week-end prochain, a entamé son processus de pré désignation du son favori, sans avoir briefé les partis alliés sur le fondement de ses critères de sélection, encore moins, sans avoir tendu une oreille attentive aux éventuelles préoccupations des membres de la majorité présidentielle allant dans le même sens. Cette attitude du parti au pouvoir qui est considéré à juste titre comme la locomotive de cette majorité, a suscité des frustrations des partis amis et alliés à l’exemple du Cercle des Libéraux Réformateurs CLR du général Jean Boniface Asselé, qui est monté au créneau pour tirer la sonnette d’alarme, au non des risques d’engagement en rang dispersé.
Des craintes qui connaissent depuis ce week-end écoulé un début de matérialisation, puisque deux formations majeurs de ce camp au pouvoir ont investi leurs leaders comme candidat, citons Paul Mba Abessole qui défendra les couleurs du Rassemblement Pour Gabon RPG, et Pierre Claver Maganga Moussavou qui est le candidat du Parti Social Démocrate PSD à ce scrutin. Si d’aucuns y voient une stratégie politique visant à émietter les voix dans certains bastions qui pourraient être facilement acquis à l’opposition, il n’en demeure pas moins que la menace d’implosion de la majorité au pouvoir reste entière, à en croire notamment la démarcation prise par le leader du Rassemblement Pour le Gabon, Paul Mba Abessole, qui a à demi mot, craché dans le plat de cette majorité au pouvoir, qui a ses yeux, je cite ’’a constitué un piège à souris visant à tuer les intelligents’’ semble soudainement se rendre compte le leader du RPG, qui a durant ces dix dernières années été nourri par les privilèges accordés aux membres de la majorité au pouvoir. Pour Paul Mba Abessole, il est temps de tourner le dos à pareil système politique, pour embrasser celui proposé par sa formation politique et qui selon lui, favorise la prise en compte des intelligences pour la construction d’un Gabon capable d’offrir à tous gratuitement, l’accès à l’éducation, à la santé, outre un emploi et un toit.
Pierre Claver Maganga Moussavou candidat du PSD, invite pour sa part les gabonais à faire bloc autour de son projet de société qui se veut privilégier en amont du processus de développement du pays, la modernisation de l’intérieur du Gabon. Pierre Claver Maganga Moussavou disait se mettre en marge de la république au sortir de la présidentielle de 1998, au terme de laquelle il était à peine crédité de quelques 4°/ des suffrages exprimés. Un retrait qu’il justifiait par la non fiabilité du processus électoral, tout en conditionnant toute prochaine candidature au scrutin présidentielle au retrait de la scène politique de feu le président Omar Bongo Oondimba.

Au sein même du PDG au pouvoir la ‘’caramade’’Lasseni Duboze décide de faire cavalier seule en candidate indépendante, un chemin qu’envisagent ouvertement de suivre de nombreux cadres du PDG, en cas de leur non investiture par la formation crée par feu le président Omar Bongo.

 
 
2945 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 13/07/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login