A
HOME
I
NEWS
        Politique
        Sociéte
        Sport
        Economie
        Culture
        Technologie
        Tribune
        Evenementiel
        Santé
V
VIDEO
M
MUSIC
K
KOACINAUTE
 
 
Côte d'Ivoire
Burkina Faso
Gabon
Congo
Sénégal
Bénin
Afrique du Sud
Angola
Botswana
Burundi
Cameroun
Cap-Vert
Centrafrique
Congo (RDC)
Djibouti
Erythrée
Ethiopie
Gambie
Ghana
Guinée
Guinée Bissau
Guinée Equato
Kenya
Lesotho
Libéria
Madagascar
Malawi
Mali
Mauritanie
Mozambique
Namibie
Niger
Nigeria
Ouganda
Rwanda
Sao Tomé
Sierra Leone
Somalie
Soudan
Swaziland
Tanzanie
Tchad
Togo
Zambie
Zimbabwe
Algérie
Comores
Egypte
Maroc
Tunisie
Libye
Afrique
Soudan du sud
Cedeao
Monde
 
 
Rosalie N’dah Tempa, arbitre internationale féminin de football:Une véritable self-made woman
 
Bénin    Sport
 
 
 
::Koaci.com Cotonou:: Rosalie N’dah Tempa en plein action (en bas)::

L’arbitre internationale féminin de Football Rosalie N’dah Tempa, officie depuis quelques années dans l’arène continentale et mondiale avec succès et récompenses. Mais comment cette jeune dame, mère de famille et super active dans la vie est-elle arrivée à ce stade ? Portrait d’une femme sportive et d’une véritable self-made woman …

A 37ans, effilée avec une silhouette de grande sportive, Rosalie N’dah Tempa a fait sa première apparition sur la fiche des arbitres dans les compétions de la Fédération Béninoise de Football en 2002. Mais ses débuts dans cette aventure remontent à bien loin dans son Atacora natal et surtout à Natitigou. «J’ai toujours aimée le sport dans mon enfance. Le Football, l’Athlétisme, le Basket Ball et bien d’autres sports ont fait l’essentiel de ma vie à l’école il y a quelques années» avoue Rosalie N’dah Tempa. Mais cette fouge de jeunesse a été estompée par le père de cette grande championne de Natitingou à l’époque : «Il fut une année dans laquelle il y a eu beaucoup de grèves et mon père m’a demandé de laisser l’école pour aller chez les Sœurs où j’ai apprise pendant plusieurs années à faire la couture, la layette, le tricotage» se remémore l’arbitre assistante internationale. Une période bien difficile pour Rosalie qui aime sa ligne sportive : «Pendant tout ce temps j’ai pris beaucoup de poids avant de revenir au sport quand j’ai fini ma formation» relève-t-elle. Après un retour par le biais de la fréquentation d’une équipe de Football de garçons de l’Atacora, Rosalie N’dah Tempa seule femme du groupe a eu du mal à rependre ses aptitudes de grande athlète et se faisait bousculer pour sa lourdeur sur le terrain par ses coéquipiers «C’est là que notre entraîneur ma demandé si je ne voulais pas me mettre à sifflet plutôt que de me faire malmener par les autres joueurs du groupe ? Ce que j’ai fait pendant le reste de l’entraînement ; ce fut mon premier sifflet sans connaître véritablement les règles de jeu appliquées. C’était il y à plus de dix ans» s’en souvient-elle.

La marche vers le succès.

Dès lors, la nouvelle arbitre en herbe a commencé par apprendre ce nouveau métier à travers le comportement des arbitres à la télé au cours des grandes rencontres de football, de la documentation qu’elle s’est procurée et de conseils d’arbitres confirmés de l’Atacora. Aussi, a-t-elle fait la résolution d’aller à l’école de l’arbitrage : «J’ai apprise qu’il y avait un programme de formations de jeunes arbitres dans les différents départements et je me suis inscrite dans l’Atacora pour devenir une véritable professionnelle» note-t-elle. «J’ai été remarquée par mes patrons de la Commission Centrale des Arbitres de la Fédération Béninoise de Football lors d’un match de gala que j’ai sifflé entre les anciens footballeurs de l’Atacora et les journalistes de Parakou dans la cité des «kobourou» pour venir suivre un stage organisé par la CAF à Cotonou» ajoute l’arbitre internationale. La marche vers le succès a commencé pour elle puisqu’à ce stage, la native de Natitingou s’est appliquée et est sortie première de toutes les disciplines de la formation. «C’est après ce stage que j’ai commencé à sifflet les rencontres de la D1 du championnat national de football et également passé mon grade d’arbitre de district par la suite». Une année plus tard l’ascension de Rosalie N’dah Tempa sur le plan continental et mondial a commencé lorsqu’elle obtient une médaille d’or lors de la finale Dames des Jeux Africains 2003 où elle s’est rendue avec Mama Fati et Sonia A. 2ème trio arbitral féminin du Bénin après le premier composé de Rosalie N’dah Tempa, Mama Fati et Christelle Houndonougbo qui avait déjà fait sur sortie au Sénégal. «J’étais arbitre de Champ mais pour aller au Nigéria pour les Jeux africains, les responsables ont mis Mama Fati au centre puisqu’elle était ma doyenne, depuis je me suis muée en assistante et cela ne me pose aucuns problèmes» rappelle-t-elle. La plus internationale des arbitres féminins a également représenté le Bénin dans d’autres compétions de la CAF et de la FIFA. A son actif on peut observer les participations aux Jeux Olympique de 2004 à Athène en Grèce; la CAN féminin en Afrique du Sud 2004; la Coupe du Monde féminin -20 Russie 2006; CAN dames Nigéria 2006; la Coupe du Monde sénior féminin Chine 2007; la CAN dames Guinée-Equatoriale 2008; les JO de Pékin en Chine 2008 où elle a représenté l’Afrique avec deux Sud-Africaines mais qui n’ont pas été retenus pour faire la finale dames comme elle, pour la médaille olympique. Prosper Padonou, arbitre international homme dit d’elle que c’est la fierté du Bénin par sa prestation sur le plan Africain et Mondial.
«Je suis réglée à la minute»
Rosalie N’dah Tempa a également officié plusieurs autres matchs éliminatoires et amicaux à travers le continent africain. De même, s’est-elle remise en cause en participant aux stages de remise à niveau et de perfectionnement de la Caf et de la Fifa au Bénin ; en Egypte ; en Espagne ; en Suisse au Portugal etc. Au-delà de l’arbitrage dans lequel est excelle l’arbitre internationale assistante a plusieurs cordes à son arque. Maîtresse Coiffeuse et Formatrice en Coiffure, Rosalie N’dah Tempa dispose d’un salon de coiffure et d’un centre de formation de coiffure à Natitingou. Directrice de l’Association Béninoise du Cinéma Numérique Ambulant (ABCNA) elle préside également le CNA Afrique que composent Bénin, le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Une équipe de football de femme (Scorpion) est à son actif à Natitingou avec laquelle elle travaille les mercredis et samedis. Mère d’une fille, la médaillée olympique observe qu’elle est réglée à la minute dans une journée pour être en phase dans toutes ses activités. «Je m’organise bien ce qui me permet de vaquer à toutes ces occupations entre Cotonou et Natitingou». Pour celles qui veulent devenir arbitres comme elle la self-made woman demande celles-ci ne plus tarder, de commencer maintenant puisqu’elles affronteront des difficultés « il faut qu’elles commencent et tiennent pour que l’arbitrage féminin ne s’éteignent, parce qu’aujourd’hui il n’y a que deux arbitres centrales et quatre assistantes». «Un arbitre doit se maîtriser pour ne pas mal se comporter parce qu’il est toujours mal vu. Il faut être vraiment courageux pour tenir et être passionner femme ou homme.» lance-t-elle à ses futures collègues.




 
 
 
 
6510
Vue(s)
 
Author : sekodo
 

Chargement...

A voir aussi
Voir+
 
 
 
Vous aimez notre contenu?
 
* Stay connected via our newsletter
 
 
KOACI.COM
l’Info au Coeur de l’Afrique
 
koaci.com Média panafricain indépendant gratuit sur le net. Nous sommes dans 11 pays avec plus de 19 journalistes. Koaci.com c'est l’Info au Coeur de l’Afrique
 
KOACI.COM © Copyright 2008 - 2016 DELLF - All rights reserved
 
  
 
 
 
Contacts | +225 08 85 52 93 - contact@koaci.com