Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Liberia: Anxieuse pour son pays, Ellen Sirleaf appelle ses compatriotes à se ressaisir
 
Ellen Johnson Sirleaf

© koaci.com– Mercredi 08 Novembre 2017 – La Présidente libérienne, Ellen Johnson Sirleaf, a déclaré que la démocratie dans son pays est menacée après que la Cour suprême ait suspendu le second tour de l’élection présidentielle pour fraude et a lancé un appel à ses compatriotes à se ressaisir pour préserver la démocratie dans le pays.

Sirleaf a fait cette déclaration hier mardi à Monrovia dans un message à la nation. Elle a jeté des fleurs aux libériens pour leur patience et le calme qu’ils observent en ce temps d’incertitude que traverse le Liberia.

En se prononçant sur la crise électorale dans son pays, la Présidente sortante du Liberia Search Liberia a estimé qu’« à présent, notre démocratie est attaquée. La réputation de notre pays est attaquée. Notre économie est sous pression ».

Pour relever le défi auquel le pays fait face en ce moment, elle a poursuivi que « Nous, responsables politiques, devons faire mieux que ça. Notre peuple a fait du chemin, avons atteint un taux de participation de 73%, ce qui témoigne de la confiance dans notre processus électoral et dans l'avenir de notre pays ».

Soucieuse que le processus électoral entamé aille à son terme, Sirleaf a exhorté la classe politique à se ressaisir. Et pour prévenir tout dérapage, elle a appelé les libériens « à faire preuve de maturité et ne pas abuser de nos positions ou abuser des plates-formes qui ont été mises à la disposition du pays à travers les médias ».

Suivre la présidentielle au Liberia Search Liberia en temps réel via l'appli Android de KOACI (cliquez ici) 

A l’adresse de ses compatriotes toutes catégories confondues, la Présidente a exhorté les uns et les autres à continuer par se respecter, à avoir de la considération pour la primauté du droit, à cultiver la gentillesse la décence ».

Enfin, en laissant le soin à l’histoire de juger tous, Sirleaf a laissé entendre que les historiens se pencheront sur l’époque actuelle du pays et évalueront « la façon dont nous nous conduisons à ce moment critique ». Déterminée à voir son pays se maintenir sur la bonne voie, elle a conclu « Nous ne pouvons pas nuire à notre avenir et prié pour que Dieu sauve et protège notre Etat ».

Rappelons que le second tour de la présidentielle aurait dû se tenir mardi 07 novembre 2017 entre le sénateur George Weah et le vice-président Joseph Boakai, respectivement premier et deuxième au premier tour le 10 octobre. Suite aux allégations de fraudes soulevées par l’un des candidats, Charles Brumskine arrivé en troisième position avec 9,6%, la Cour suprême a suspendu le processus électoral pour auditionner la Commission Nationale Electorale (NEC).

Mensah, Lomé
 
 
6762 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 08/11/2017
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login