Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
L'appel au boycott des opérateurs téléphoniques
 
::koaci.com Dakar::Momar Ndao (droite)::

Pour dénoncer la taxe de 2% augmentait par l’Etat du Sénégal sur les télécommunications, les associations consuméristes entrent en action. Ainsi, elles appellent l’ensemble des Sénégalais à boycotter les agences de télécommunications, les boutiques et d’arrêter toutes opérations de paiement de facture de télécommunication, d’achat de crédit de 8 heures à 15 heures pour la journée du vendredi prochain. C’est une stratégie pour ces associations de pousser le gouvernement à revenir sur sa décision. L’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen) et l’Union nationale des consommateurs du Sénégal (Uncs) font circuler sur le territoire national depuis samedi un sms dont le contenu est le suivant : « L’Etat va augmenter de 2% tout appel, crédit et Sms. Refusons ça! Ne payez pas factures, ni achat crédit vendredi 06 de 8h à 15h. Fermons tous les portables de 13h à 15h». L’Ascosen et l’Uncs mènent donc un combat pour que cette mesure, qui est entrée en vigueur depuis le 1er février, ne passe pas. « Nous sommes déçus par le gouvernement. Nous invitons vivement la population sénégalaise à suivre le plan d’actions, c’est à dire d’éteindre les portables au moins de 13h à 15h et de ne pas acheter tout produit de télécommunications Search télécommunications la journée du vendredi », a demandé la secrétaire générale de l’Uncs Mme Diop. Selon Momar Ndao Search Momar Ndao le président de l’Ascosen, l’Etat récolte plus de 12 milliards par mois avec cette taxe. Ce qui veut dire qu’il exploite sa population. «En instaurant cette augmentation sur plus de 5 millions de consommateurs détenteurs de téléphone ou des produits dérivés, l’Etat va récupérer au minimum 33 millions 336 713 francs Cfa par jour, soit 12 milliards 167 millions 900400 francs Cfa par mois», précise-t-il. Toutefois, M. Ndao ne s’est pas limité là. Pour lui, l’Etat, incapable de résoudre les problèmes des Sénégalais, se paie aujourd’hui le luxe de gagner de l’argent sur leur dos. Ce qui est « injuste et injustifié ». «L’Etat a failli à sa mission première qui est de protéger le pouvoir d’achat des Sénégalais et de veiller au respect de ses engagements. Il a lui-même, en passant par les opérateurs de télécommunications, décidé d’être l’auteur de l’augmentation des prix, d’achever le consommateur déjà totalement fatigué. Il a choisi de faire des opérateurs de téléphonie ses complices dans cette opération, en leur chargeant de faire payer aux consommateurs les augmentations», râle-t-il. Le président de l’Ong Aid Transparency Sénégal qui avait participé à cette conférence de presse organisée par les consuméristes a tenu à manifester son désaccord face à cette situation. Pour Jacques Habib Sy, le Sénégal a atteint un point où le niveau de souffrance des populations est incandescent, insupportable. Et, « les populations elles-mêmes l’ont criés sur tous les toits, elles ont marchés nuit et jours».

Pour rappel, cette taxe induit une augmentation de 2%, instaurée par la loi 2008-46 du 03 septembre 2008 et portant création de la Redevance d’Utilisation des Télécommunications (Rutel). Elle est applicable depuis le 1er février 2009. Elle concerne les abonnements et tarifs du téléphone fixe et du téléphone mobile, les Sms et les Mms, les cartes de crédit, les transferts de crédit Seddo et Izi et Expresso, les services clients: 1441 1677, 1111, le Roaming international, l’internet fixe et mobile etc.
 
 
4038 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 04/02/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login