Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
RDC: Lambert Mendé, porte-parole du gouvernement sous le coup d'une sanction européenne
 
Lambert Mende

Click to enlarge
RDC: Lambert Mendé, porte-parole du gouvernement  sous le coup d'une sanction européenne
© Koaci.com- Vendredi 26 Mai 2017-Lambert Mendé, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement de la RDC fait parti d’une liste de six personnes frappée par une sanction de l’union européenne.

Huit responsables , dont trois ministres ou anciens ministres, et un ex-chef rebelle ont été sanctionnés par l’union européenne pour de « graves violations des droits de l'homme ».

Ces sanctions consistent en un gel des avoirs et une interdiction de voyager dans l'Union.

Parmi les neuf personnes ciblées par l’union européenne figurent :

-Lambert Mende: ministre de la Communication et Médias, également Porte-parole du gouvernement, accusé d’avoir fermé des médias.

-Le directeur de l'Agence nationale de renseignement (ANR), Kalev Mutondo, "impliqué dans l'arrestation arbitraire d'opposants et de militants de la société civile.

-Emmanuel Ramazani: vice-Premier ministre et ministre de l’intérieur, accusé d’une probable implication dans les massacres au Kasaï, mais aussi à cause des écarts des forces de l’ordre notamment à l’encre des partisans de la secte Bundu dia Kongo.

Son prédécesseur Evariste Boshab: ancien vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, déjà sanctionné par le Département du Trésor des Etats-Unis.

-Eric Ruhorimbere, général de Brigade, accusé d’avoir dirigé la répression, les tortures, les assassinats de civiles dans la région de Tshimbulu.

-Alexis Pande: gouverneur du Kasaï-Central, accusé avoir refusé la nomination du Chef coutumier Kamuina Nsapu, à la base du conflit dans la région.

- Gédéon Kyungu, un ancien chef de guerre, accusé d’avoir envoyé ses miliciens semer la désolation dans le Kasaï.

-Jean-Claude Kazembe: ancien gouverneur du Haut-Katanga, pour avoir interdit toute manifestation dans la province et sa probable participation dans la condamnation dénoncée contre Moïse Katumbi.

-Muhindo Akili Mundos, commandant de la 31e brigade des FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo).

Ces sanctions interviennent à un moment où la région la région du Kasaï (centre du pays) est secouée par la rébellion de Kamwina Nsapu, chef traditionnel tué en août qui a fait plus de 400 morts , selon l’ONU.

KOACI
 
 
10264 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 29/05/2017
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login