Logo Koaci
 
 
 
Koacinaute: Ali Bongo fait le grand nettoyage
 
Lutte contre la corruption au Gabon, M. Ali Bongo Ondimba vient de frapper où personne ne l’attendait plus. Un véritable coup de semonce sans précédent au pays de la prédation généralisée. De mémoire de Gabonais, on n’avait jamais vu cela, "Je dis ce que je fais, je fais ce que je dis", disait le chef de l’état gabonais.

Des ministres convoqués à la Direction générale des Recherches (DGR)

La chute ! - mardi 10 janvier 2017, dans le cadre de la lutte contre la corruption, détournement de deniers publics, abus de biens sociaux, enrichissement illicite, malversations en tous genres, etc. les Gabonais ont découvert à la une de la presse locale l'arrestation de l’arrogant Magloire Ngambia, un ex-conseiller personnel du président sorti du gouvernement en 2015. Originaire du Haut-Ogooué, il était du groupe de ceux qui ne craignaient rien dans ce pays, même la mort. À l’apogée de sa gloire, il cumulait jusqu’à six ministères parmi les plus avantageux financièrement. Et il n'est pas seul à être en mauvaise posture, M. Blaise Wada, qui gérait le projet d’aménagement des bassins versants de la capitale a été également emprisonné pour des mêmes raisons. D'autres encore font l'objet d'enquêtes et d'investigation financières comme l’ex-ministre du Pétrole, Étienne Dieudonné Ngoubou, limogé lundi 9 janvier 2017. Cela ne semble être qu’un début, car, si on en croit les supputations des uns et des autres, on cite des noms de quelques intouchables de la république du régime d’Ali Bongo Ondimba.

Abus de confiance !

Tous les corrompus, quelle que soit l’appartenance politique, doivent répondre devant la loi. En effet, 2009-2016, 1er mandat d’Ali Bongo Ondimba, a vu l’éclosion d’un petit groupe d’homme et de femmes autour de lui, se lancer dans course effrénée à l’enrichissement rapide. Ils avaient une propension à prospérer sur le dos des autres et aux pas de charge sur les projets qu’ils géraient ou suivaient extraordinaire. Ils utilisaient des méthodes dignes de vrais gangsters. Le président a été abusé par ceux-là même qu’il faisait confiance. La méthode était bien rodée : un ministre signe un marché. Il perçoit une commission. Son successeur exige sa part. l’entreprise refuse. Rupture de contrat. C’est ainsi que des responsables ont créés des contentieux financiers parce qu’ils n’avaient reçu des commissions, qui, pourtant avaient déjà été versées à leurs prédécesseurs. La suite est connue : à l’arrivée, c’est le Gabon qui était traîné à la cour Arbitrale pour des centaines de milliards de francs.

Cynisme à l’état pur !

Non contents de tout ce qu’ils avaient réussi à engranger en un temps record, ils voulaient poursuivre leurs pratiques immondes que la personne à la tête de l’état change ou pas. pour cela, ils ont poussé le vice jusqu’à financer la partie adverse pendant la campagne présidentielle pour s’acheter une impunité.

"Chacun répondra de ses actes" (dixit : Ali Bongo Ondimba). Ce ménage plus que nécessaire sera de longue haleine et a complété absolument. Il y a un progrès, il faut le reconnaître : au lieu d’étouffer les affaires ou de tenter de détourner l’attention de l’opinion publique par des mesures pseudo-sociales démagogiques, art dans lequel excellait le défunt Omar Bongo Ondimba, au contraire, Ali Bongo Ondimba "Prend le taureau par les cornes"

Lors de son point de presse, M. Alain Claude Bilié-By-Nzé, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement a déclaré : "Le Gouvernement n’interviendra pas pour arrêter des enquêtes visant d’anciens ministres ou des ministres aujourd’hui en fonction". Voilà qui rompt avec le laxisme légendaire d’une élite qui se tient par la barbichette. Pas un pour sauver l’autre, où la célèbre expression "Le mouton broute à l'endroit où il est attaché".

Voler l’État

Si, ce qui se passe actuellement n’est pas de la poudre aux yeux, il serait intéressant de ne pas s’arrêter à ces quelques individus, mais plutôt remonter aux origines de la pieuvre et se pencher sur les 50 ans de détournements des dirigeants d’hier et d’aujourd’hui. Une partie de la population, à force de constater que rien n’était entrepris pour juguler les détournements et autres faits, elle a fini par s’en accommoder. Compromettant le développement du pays et bien-être de tout un chacun.

À qui le tour ? - Que l’on apprécie ou pas, M. Ali Bongo Ondimba vient de faire ce que son défunt père n’avait pas fait en 42 ans de pouvoir. Les actes comptent plus que des mots. Ali Bongo prend le sens de l’histoire et le Gabon doit en finir avec la malédiction d’un pays énormément riche et un peuple extrêmement pauvre.

Respect de la parole donnée ! Cette action donne une légitimité particulière à l'actuel locataire du palais du bord de mer. Il a reconnu publiquement les manquements liés à son 1er mandat. Il a assumé, contrairement aux spécialistes du défaussement et autres pour cause d’amnésie volontaire. Il a choisi clairement son camp. Il promet désormais la tolérance zéro pour tous les cas de trafic d’influence ou de corruption. Enjeu important. Le grand nettoyage ne devra pas épargner l’arrière-ban des hauts dirigeants du pays, quel que soit le camp. À cet effet, les semaines qui viennent s’annoncent essentielles. Si Ali Bongo Ondimba remporte la bataille contre la corruption et les détournements, le sens de l’intérêt général et le civisme s’imposeront progressivement au cœur de l’appareil d’État et de la vie politique nationale. "Courrons vite nous mettre à l'abri !"- pour cette raison, il est fort probable que les prochains vols d’Air France en partance du Gabon soient pleins.

Par : Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
Mise en ligne : le 12 janvier 2017


PS : La direction de KOACI rappelle qu'un "koacinaute" n'est pas un journaliste de la rédaction de KOACI mais un contributeur inscrit ayant la possibilité de poster sur le site en vue d'une diffusion et ce dans une dynamique de libre expression plurielle.

 
 
1634 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 13/01/2017
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login