Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Quant la menace des milices plane sur la sortie de crise
 
Les mouvements patriotiques et les groupes d’auto défenses (milices du Sud) sont désemparés. Pas encore profilés et démobilisés, ils ne peuvent bénéficier des programmes d’insertion. Le mercredi dernier, à la présidence, ils ont laissé planer des menaces sur le processus et les élections.
Les mouvements patriotiques et les groupes d’auto défenses (milice du Sud), ont proféré des menaces à peine voilées sur le processus de paix et les élections à venir. Ils ont fait allusion clairement d’agir comme les ex combattants Search ex combattants de Bouaké en provocant des troubles à Abidjan et dans l’Ouest afin d’attirer l’attention du régime sur leur désarroi. Le mercredi dernier, ils étaient au Palais présidentiel pour crier leurs frustrations au chef de l’Etat, Laurent Gbagbo. Le président de la république en vacance, c’est l’un de ses conseillers techniques qui a échangé avec les jeunes. Au cours de cette rencontre, les miliciens ont été informés de ce que la zone d’Abidjan bénéficierait de 10 micros projets sur les 1000 mis en route par l’ONUCI. Cinquante jeunes seraient concernés par cette unité. La nouvelle n’a pas du tout ravi les groupes d’auto-défense et les mouvements patriotiques. Ils accusent les autorités de les marginaliser et d’accorder plus d’attentions aux ex combattants Search ex combattants des forces nouvelles. Pas encore profilés et démobilisés par le centre de commandement intégré (CCI), les mouvements d’auto-défenses ne peuvent profiter des programmes de réinsertions. Selon les services du programme national de réinsertion et de réhabilitation communautaire (PNRRC), pour avoir la chance de jouir d’un projet, les ex combattants Search ex combattants doivent être profilés et identifiés. La mission de profilage et de démobilisation revient au centre de commandement intégré basé à Yamoussoukro et placé sous l’autorité conjoint des colonels Nicolas Kouakou (Fanci) et Ouattara Karim (Forces nouvelles). A trois mois des échéances du 30 novembre, date butoir pour l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, aucune opération n’a débuté dans le sud. Et les mouvements patriotiques et les groupes d’auto-défenses désabusés, semblent avoir choisi le chemin de la violence pour rentrer dans les fonds.

 
 
299843 Visit(s)    1 Comment(s)   Add : 31/08/2008
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions kadmin
 
c'est pas normal que cette situation dure ...
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login