Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Guinée : Législatives, la date du 28 juillet rejetée par l’opposition
 
Alpha Condé dans l'embarras des législatives -

Conakry, le 26 juin 2013 © koaci.com - Comme on s’y attendait la date du 30 juin 2013 fixée par décret présidentiel pour l’organisation des élections législatives en Guinée, ne pouvait être respecté tant la situation de la vie politique en Guinée brille par ses tensions.

La date des législatives a, depuis 2010 fait l’objet de plusieurs reports et ce, à cause de la crise politique guinéenne notamment le manque de confiance entre les acteurs du processus électoral.

En effet, le 28 juillet 2013 est la nouvelle date annoncée par le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Bakary Fofana Search Bakary Fofana qui l’a fait savoir à travers la lettre numéro 258 CENI/BN, signée le vendredi 21 juin par lui- même et transmise lundi 24 juin dernier à l'opposition républicaine.

Dans cette lettre, le président de la CENI Search CENI a écrit à Aboubacar Sylla, porte-parole de l'opposition républicaine et président de l'Union des forces du changement (UFC) ceci : « Aux termes des travaux du dialogue politique et sur recommandation, la CENI Search CENI a élaboré et adopté un nouveau projet de chronogramme des activités prenant en compte les points d'accord qui s’articulent autour de la recomposition des CARLES, la révision complémentaire des listes électorales, le vote des Guinéens de l'étranger et l'acceptation de deux experts internationaux recrutés par chaque partie (mouvance et opposition) rémunérés par la Communauté internationale ».

Une date aussitôt rejetée par l’opposition ce mercredi qui parle d’un chronogramme fantaisiste et irréaliste orchestré par le président de la CENI. Selon Aboubacar Sylla Search Aboubacar Sylla porte-parole de l’opposition républicaine, Bakary Fofana Search Bakary Fofana continue sa fuite en avant.

Pour rappel, c’est la reprise du dialogue politique inter-guinéen entre l’opposition républicaine et la mouvance présidentielle sous l’égide du facilitateur onusien, Saïd Djinnit qui a fait échouer le respect de la date du 30 juin.

On se souvient que les leaders de l’opposition avaient promis qu’ils ne participeront pas aux législatives du 30 juin si leurs revendications n’étaient pas prises en compte. Des revendications axées notamment sur le vote de Guinéens de l’étranger et la fiabilité de l’opérateur Waymark.

Ibrahima Bah
 
 
3838 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 26/06/2013
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login