Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
GUINEE BISSAU : Des soldats ont attaqué jeudi soir la résidence de l'ex-Premier ministre Carlos Gomes Junior
 
Carlos Gomes Junior

REUTERS - Des soldats ont attaqué jeudi soir la résidence de l'ex-Premier ministre Carlos Gomes Junior, arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle en Guinée-Bissau, dans ce que les ministres des Affaires étrangères de la Cedeao ont qualifié de tentative de coup d'Etat.

Des sources diplomatiques et politiques ont précisé que cette attaque intervenue dans la soirée visait à faire dérailler le processus électoral actuellement en cours dans ce petit Etat d'Afrique de l'Ouest.

Gomes Junior, candidat du parti PAIGC au pouvoir, avait presque obtenu la majorité absolue des voix lors du premier tour de la présidentielle le mois dernier dans cette ancienne colonie portugaise. Le second tour doit avoir lieu le 29 avril.

La situation était confuse jeudi soir dans la capitale Bissau alors que la télévision et la radio nationales ont interrompu leurs émissions.

Selon des rumeurs qui n'ont pas pu être confirmées le chef du gouvernement aurait été tué lors de l'attaque au cours de laquelle une maison a été incendiée. On était sans nouvelle de lui pour l'instant.

Après que des coups de feu et des explosions ont retenti, des soldats ont empêché les journalistes d'approcher de la résidence de Gomes Junior qui se trouve en face de l'ambassade d'Angola.

Selon un témoin, les militaires ont bloqué la circulation dans les deux sens sur l'artère principale de la capitale.

Gomes Junior avait provoqué le mécontentement d'une partie de l'armée en raison de sa politique de réforme et de réduction des effectifs pléthoriques de l'institution militaire.

Une source politique s'exprimant sous le sceau de l'anonymat a déclaré que les soldats avaient arrêté le président par intérim, Raumundo Pereira, ancien président du parlement et également membre du PAIGC.

"Il se passe des choses. Nous ne savons pas de quoi il s'agit. Il y a des tirs, des fusillades sporadiques d'armes automatiques et il y a eu trois fortes détonations", a raconté un diplomate en poste à Bissau.

"Nous avons entendu que cela venait d'un endroit à proximité de la résidence de Gomes Junior", a-t-il ajouté.

Inacceptable pour la Cédéao

La Guinée Bissau, qui est devenue la tête de pont des cartels de la drogue sud-américains pour faire transiter leur marchandise à destination de l'Europe, vote pour élire le successeur du président Malam Bacai Sanha, décédé dans un hôpital parisien en janvier des suites d'une longue maladie.

Au second tour de la présidentielle, Gomes Junior doit affronter son adversaire l'ancien président Kumba Yala, mais ce dernier a appelé au boycott affirmant que le premier tour avait été entaché de fraudes.

Quelques heures avant le début des événement, Kumba Yala, qui affirme avoir des liens étroits avec les militaires appartenant majoritairement à l'ethnie Balanta, a mis en garde contre les "conséquences" de la tenue du second tour de l'élection.

Lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Cedeao à Abidjan, le représentant de la Guinée-Bissau, Mamadou Djalo Pires, a appelé à une "réaction énergique" de la communauté internationale.

"La situation est grave. Les soldats occupent les rues", a dit Pires à Reuters. "J'ai parlé au Premier ministre par intérim (Adiato Djalo Nandingna) et elle m'a dit qu'elle était visée", a-t-il raconté.

Joint au téléphone par Reuters, le ministre de l'Intérieur, Fernado Gomes, a reconnu se trouver dans une situation dangereuse. "Je ne peux pas parler", a-t-il ajouté, la voix remplie de tension.

"Comme cela a été le cas pour le Mali, la Cedeao condamne formellement et sévèrement une telle tentative de coup d'Etat. C'est inacceptable et cela ne sera pas accepté par la Cedeao", a dit Daniel Kablan Duncan, ministre ivoirien des Affaires étrangères.

Les hauts gradés de l'armée guinéenne sont considérés par les Etats-Unis comme des trafiquants de drogue et selon des diplomates, l'armée est au courant de chaque avion chargé de cocaïne qui atterrit sur le territoire.

Ps: KOACINAUTE = MEMBRE PARTICIPATIF DE KOACI INSCRIS SUR KOACI (lien inscrit toi en page d’accueil)
 
 
4440 Visit(s)    2 Comment(s)   Add : 13/04/2012
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions Comoeriver
 
C'est la deuxième fois en deux mois qu'un pays de l’Afrique de l'ouest subit un coup d'Etat, à la veille d'élections présidentielles. C'est inquiétant pour la démocratie. En Guinée Bissau, les trafiquants de drogue semblent être devenus plus puissants que l'Etat. On en voit les r...
C'est la deuxième fois en deux mois qu'un pays de l’Afrique de l'ouest subit un coup d'Etat, à la veille d'élections présidentielles. C'est inquiétant pour la démocratie. En Guinée Bissau, les trafiquants de drogue semblent être devenus plus puissants que l'Etat. On en voit les résultats : paupérisation continue de la population et quasi-impossibilité de rétablir l'Etat de droit. Il faut en prendre de la graine : quand on laisse la gangrène de la corruption s'installer dans un pays, la mort de la démocratie est au bout, laissant la place désormais, à la loi du plus fort. Peut-on réveiller un mort ?
 
 
Read more
See his contributions ob
 
 En expédiant la drogue vers l'Afrique, les cartels sud-americains ont aussi exporté la violence. Pour le moment cette violence se manisfeste surtout au sommet des états, mais la criminalité s'étendra à l'ensemble de la population. Come quoi il n'y a pas d'argent facile
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login