Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Les gabonais s'en remettent à la viande avariée
 
::Koaci.com Libreville::La viande avariée comme mode alimentaire des populations dans la banlieue de Libreville::

Les services de la concurrence et de la consommation, en collaboration avec ceux de l’Agriculture, n’avaient pas prévu lors de l’enfouissement de la viande de bovine avariée, ce comportement peu recommandable des populations de la commune de Ntoum, une petite ville située à plus de 30 kilomètre de la Libreville.

Enfouies à plus de 4 mètres de profondeur le 23 juillet 2009 dans un lieu tenu secret à 15 km de cette commune de la ville de Ntoum, les 28 tonnes de filet de bœuf impropres à la consommation, ont été exhumées par une cinquantaine d’individu. Hommes, femmes et enfant, minus de pelles, machettes et panier, qui n’ont pas fouillé et bêché longtemps pour trouver cette viande avariée, qui avait été terrée afin de la sortir du circuit de la consommation.

Pour remonter ces 28 tonnes de filet de bœufs, reparties en 1400 cartons enfouis sous terre, les uns se trouvaient dans l’énorme crevasse, alors que d’autres réceptionnaient la viande avariée au pied de cette crevasse.

Ce spectacle désolant est la résultante de la précarité sociale dans laquelle croupissent de nombreux gabonais. La santé Search santé importe peu pour ces individus qui ne sont pas à l’ abri des besoins primaires, et qui ont pour seule préoccupation, avoir un morceau de viande dans l’assiette à l’heure du repas, quand bien-même l’aliment serait impropre à la consommation.

Nul ne se sait comment ces populations ont été informées du lieu, pourtant gardé secret, d'enfouissement de cette viande avariée. Pire, aucune autorité n’a pu empêcher l'exhumation de cette viande par les populations. D’après le directeur de cabinet du maire de cette petite commune de Ntoum, l’absence de forces de sécurité sur ce site, a véritablement contribué à la mise en application de ce mauvais déssein. « Les populations qui exhument les aliments avariés sont armées de machettes et de gourdins, d’où la difficulté de demander à un gendarme ou un policier d’aller camper sur ce site pour les dissuader », a déclaré Léopold Essone, Directeur de cabinet du maire de la commune de Ntoum.

Cet événement intervient en pleine pré-campagne électorale, les questions de santé Search santé et l'hygiène seront peut être moins marginalisées compte tenu de cette triste réalité.
 
 
4371 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 01/08/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login