Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs au Liban
 
::Koaci.com Cotonou::


La participation du Bénin aux VIème Jeux Rechercher Jeux de la francophonie Rechercher francophonie en athlétisme, en boxe Rechercher boxe en tennis de table était nourrie d’espoir au démarrage des compétitions. Mais à l’arrivée les athlètes béninois sont passés à côté des objectifs attendus. Ils étaient au total 7 athlètes béninois à prendre part aux derniers Jeux Rechercher Jeux de la francophonie. Il s’agit notamment de Mathieu Gnanligo Rechercher Mathieu Gnanligo sur les 400m et Nouroudine Boni sur les 100m au niveau des Hommes.


Claudine Yémanlin, Miel Ayedou, Saka Souliath, Adjele Charlène et Allassane Bentille ont représenté les Dames sur les 100m, 200m, 400m, 400m haies, relais 4X100m, relais 4X400m et 1500m. Mais au finish, un seul était appelé sur l’une des marches du podium. Mathieu Gnanligo, pour ne pas le nommer, a décroché la médaille d’argent pour le Bénin sur les 400m hommes. Mais à côté de la médaille d’argent, le natif de Natitingou a établi un nouveau record qui est 46’’03. Son ancien chrono était de 46’’80. Détenteur du titre de médaillé d’or acquis à la 5ème édition des jeux à Niamey au Niger en 2005, il a été cette fois-ci par le Mauricien, Jean Eric Milazar après une course à suspense. Mais s’il est vrai que tous les athlètes n’ont pas eu la chance de décrocher des médailles, il n’en demeure pas moins que certains ont amélioré leur performance en pulvérisant leur propre record. Charlène Adjélé qui était sur les 100m dames a amélioré sa performance en passant de 12’’64 à 12’’20.

Par contre, Nouroudine Boni, Miel Ayédou, Claudine Yémanlin et Saka Souliath n’ont pas pu faire exploser les chiffres de leur ancien record. Il est vrai que certains facteurs extérieurs peuvent expliquer ces contre-performances. Les jeux de la francophonie Rechercher francophonie viennent de prouver que lorsque le sport béninois est face à des grandes nations, il a du mal à s’imposer. Aussi, il va falloir améliorer les conditions de préparation des sportifs depuis le pays et éviter d’attendre le miracle lors des grands rendez-vous. La victoire en sport ne se décrète pas, ça se secrète. Seul le travail permet d’occuper les meilleures places.
 
 
8817 Visite(s)    0 Commentaire(s)   Ajouter le : 07/10/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Commentaires
Pour commenter ce contenu veuillez vous connecter
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Restez connecté via notre newsletter
 
S’abonner
Se désabonner
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connexion    |
      | Inscrivez vous !
 
 
 
Deja inscrit !
Se connecter