Logo Koaci
 
 
 
EXCLUSIF - Le parquet ouvre une enquête sur « Sabar bou graw »
 
::Koaci.com Dakar::

Les images sont hallucinantes, la danse digne d’une séance de visionnage de sexe. Une vidéo intitulée « Sabar bou graw (danse obscène en wolof) qui circulait depuis quelques semaines sur le net a fini par choquer plus d’un. Et les autorités mises au courant de la gravité de ce « sabar (concours de danse) » ont décidé de sévir. Le parquet a ouvert une enquête depuis lundi pour mettre la lumière sur cette affaire qui continue de susciter passions et débats dans les foyers. Il est vrai que les médias traditionnels n’en ont pas encore fait leurs choux gras, mais, les sites Internet rivalisent à souhait. Des sources proches du dossier révèlent que le procureur « s’est ému » de cette énième affaire qui va encore polluer l’atmosphère sociale. Après celle des photos pornographiques de deux jeunes filles, qui ont occupé la presse, il y a à peine deux semaines. Le parquet a fini par les lâcher estimant qu’elles étaient toutes les deux « mineures au moment des faits ».

Mais cette nouvelle affaire qui prend ses sources à Yoff, dans la périphérie de Dakar en 2004, met en cause de veilles filles, des mamans également qui rivalisaient de rondeurs de fesses. Une danse-coucher simulant la pornographie, mais surtout des sexes en l’air. Le tout devant des batteurs de drums surexcités.

Les mêmes sources judiciaires indiquent que ce « sabar » remonte a eu lieu lors d’un anniversaire. D’ailleurs, une des danseuses a témoigné sur le site xalimasn.com que c’était juste « pour déconner entre filles ». Avant d’ajouter que la vidéo a fait voler son en éclats.

Déjà, il se susurre que le film qui dure une dizaine de minutes « était en vente en Italie sous forme de vidéos Cd et Vcd, avant d’être diffusé sur le Net ».
Cependant, une autre source judicaire se dit convaincue que « cette affaire n’ira pas loin. C’est un scandale de plus et rien d’autre ». En fait, il fait référence à la fameuse danse obscène publiée sur le net et qui avait abouti à l’interpellation de la célèbre danseuse Ndèye Guèye et d’autres filles dans un concours de danse en 2008. De toute façon, le ministère public est décidé à aller jusqu’au bout pour en savoir davantage.
Affaire à suivre…
 
 
26037 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 31/03/2010
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login