Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d'Ivoire: Procès des disparus du Novotel, les dépositions des témoins, l'étau se resserre autour du Commissaire Osé Logué
 
© koaci.com – Vendredi 17 Mars 2017 –L’audition des témoins Search témoins du procès des disparus Search disparus du Novotel Search Novotel a démarré ce jeudi comme constaté par Koaci.com au tribunal de première instance de Yopougon après une suspension d’audience de 24 heures due au malaise de l’accusé Guéi Bléka Joël.

L’ancien Préfet de police d’Abidjan, Guehané Bi Tra Benoît a été le premier témoins Search témoins à prendre la parole à barre.

Cependant, il n’a pas pu prêter serment parce que la Défense a estimé qu’il ne pouvait pas être un témoin à charge puisque leur liste avait été rejetée par le juge à l’audience du 21 février 2017, selon l’avocat Gohi Bi.

Cette requête a été jugée recevable par le juge Cissoko Mourlaye, du coup le Préfet de police a fait sa déposition en tant que sachant des faits.

A la question du juge, s’il connaissait des accusés, le témoin « sachant » a répondu oui.
En soutenant qu’il s’agissait du Commissaire de Police Osé Logué.

Dans sa déposition, l'ancien Préfet de police d'Abidjan a expliqué comment son travail était organisé pendant la crise post-électorale.

Il a précisé que les postes d'observation mis sur pieds où des commissaires de police et des Commandants de zone ont été désignés pour contenir les attaques ennemies ont fonctionnés jusqu'au 30 mars 2011.

Le juge lui a donc demandé s’il avait connaissance d'une zone de commandement au palais présidentiel.

«Oui mais ce centre opérationnel a cessé de fonctionner le 30 mars 2011, à l'instar des autres, » a indiqué l’ancien Préfet de Police d’Abidjan.

Est-ce que le 4 avril 2011, vous avez appris la présence du Commissaire Osé Logué au palais présidentiel ?

A cette question du juge Cissoko, le témoin lui a plutôt donné des pistes en refusant de répondre.

Selon le Préfet de police il pourrait poser cette question au Commissaire Gnakoury Gnahoua, le chef du théâtre des opérations.

Alors qu’il a annoncé que la mission des centres opérationnels avait pris fin le 30 mars, l’ancien Préfet de Police a été confondu par l’avocat de la partie civile, maitre Clémence Switt.

Un rapport de transmission signé par le Préfet en sa possession mentionnait que ce dernier avait mis fin aux activités des Centres le 31 mars.

Le Préfet a rectifié qu’il avait signifié à la hiérarchie le 31 mars la fin des centres d'opération et le départ des agents de la police pour laisser la place à l’armée.

Guehané Bi Tra Benoît a affirmé que le Commissaire Osé Logué a été désigné au poste de commandement de la permanence de la Garde Républicaine du palais présidentiel le 30 mars 2011.

En même temps, il soutient qu’à la même date, tous les postes de commandement ont cessé de fonctionner.

«Je ne pouvais plus savoir si le Commissaire Osé était encore à ce poste après le 30 mars 2011,» a-t-il mentionné.

Le second témoin à faire sa déposition fut Wognin Charles Clotaire, tout comme son prédécesseur, il n’a pas prêté serment.

Electromécanicien, ce témoin a indiqué qu’il connaissait Osé Logué au moment où il était en fonction au 1er arrondissement du Plateau.

Selon lui, le 4 avril, il se trouvait dans le bar de l'hôtel Pullman au Plateau où il a été affecté depuis le 2 janvier 2011.

Le témoin précise qu’il a été informé par son patron de l'hôtel de l'enlèvement des otages.

 «Le jour des faits, j'ai été informé par mon Directeur. J'ai automatiquement appelé le Commissaire Osé Logué pour lui dire que des personnes ont été enlevées par des hommes en armes. Il m'a qu'il allait voir pour faire intervenir des policiers,» a expliqué l’électromécanicien.

Saviez vous que le Commissaire était au palais présidentiel ou pas ce jour-là, il a répondu non.

Toute fois, il a ajouté qu’il a appelé le Commissaire longtemps après pour en savoir davantage sur cette affaire d’enlèvement.

A l’en croire le Commissaire lui aurait confié qu’il était peiné face à la gravité de la situation. A la suite de ses déclaration, le témoin a été confronté à l’accusé qui a affirmé qu’il a été effectivement appelé par Wognin.

Le Commissaire a également indiqué qu’il avait prévenu Wognin de la difficulté de la mission qu’il lui avait confiée.

Pourquoi étiez vous toujours au palais présidentiel alors que les désignations officielles ont pris fin le 30 mars 2011, selon le préfet de police d' alors ?

«Je devrais lever mon poste à cette même date pour être remplacé en relève par le Commissaire Ossohou. Mais puisqu’il ne s'était pas présenté pour la relève, je suis resté à mon poste. Je n'ai eu aucun message radio de la part de mes supérieurs, me donnant l'ordre d'abandonner les zones d'opérations, » a-t-il répondu à cette question du juge.

En reprenant la parole après une brève suspension de l’audience, la Partie civile par le biais de l’avocate Clémence Witt a lu un procès verbal d'audience concernant le Commissaire.

Ce procès verbal fait mention du mauvais comportement du Commissaire Osé Logué qui était passionné par les débats politiques,ne respectait pas les instructions de sa hiérarchie et entretiendrait des rapports avec des Groupes de miliciens notamment le GPP.

«Je ne me reconnais pas dans toutes les allégations portées à mon encontre. Je n'ai jamais causé de politique et je n'ai jamais été interpellé par mes chefs à cet effet. Sinon j'aurais eu une demande d'explication, » a martelé le Commissaire.

Osé Logué a juré sur tous les cieux qu'il était officiellement en poste le 4 avril 2011, contrairement à ce que la Partie civile pense.

En prenant la parole à son tour, la Défense a demandé au Préfet de police si le Commissaire ne serait pas taxé de déserteur au cas ou, il abandonnait son poste.

Le Préfet de police a déclaré qu'il ne pouvait pas faire d'appréciation, puisqu'il n'avait pas eu de rapport.

«Était ce normal qu'un policier soit à son poste du 30 mars au 11 avril 2011, » a poursuivi la Défense.

«La situation au moment des faits était compliquée, » s’est justifié le Préfet de police d’Abidjan.

Le troisième témoin à prendre la parole était la chef d’entreprise, Kablan Simone Bernadette, Cette dernière a révélé à la barre qu’elle a été informée, dans la nuit du 3 au 4 avril 2011 par une de ses amies qu'elle a hébergée, de l’enlève de quatre français dont Yves Lambelin au Novotel Search Novotel par des hommes en armes en vue d’empêcher les bombardements sur la présidence.

«Une amie que j'ai hébergée m'a réveillé la nuit pour me dire que des hommes en armes s' apprêtaient à enlever 4 Français pour empêcher les bombardements. Et j'ai pensé tout de suite à Yves Lambelin puisqu'il était mon ami,» a-t-elle confessé.

Sur quelle base avez-vous appris l'information que vous avez reçue, était-elle fiable ?

«J'y ai cru puisqu'on était en guerre,» a répondu la chef d’entreprise à cette question de la Defense.

Le quatrième témoin était encore une dame, Konan Bernadette, comptable de profession.
«Le 3 avril 2011, j'ai reçu un coup de fil masqué et anonyme d'une voix de dame, vers 22 heures qui me dit ma copine, je viens d'apprendre de mon mari, qu'ils vont enlever 4 Français pour ne pas qu'on puisse faire les frappes de la présidence,» a-t-elle expliqué à la barre.

Wassimagnon, Abidjan 


 
 
15574 Visit(s)    2 Comment(s)   Add : 17/03/2017
  4 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions SRIKA BLAH
 
Avant de tués sans causes rélles des humains, vous devrez reflechir longuement en pensant á demain quand le parapluie ne sera plus lá pour vous protéger. Meme vase-de-nuit pour Soro et ses chefs de guerre.
 
 
 
See his contributions pierredefaite
 
je cite:«le 3 avril 2011, j'ai reçu un coup de fil masqué et anonyme d'une voix de dame, vers 22 heures qui me dit ma copine, je viens d'apprendre de mon mari, qu'ils vont enlever 4 français pour ne pas qu'on puisse faire les frappes de la présidence,»Donc si je comprends bien, l...
je cite:«le 3 avril 2011, j'ai reçu un coup de fil masqué et anonyme d'une voix de dame, vers 22 heures qui me dit ma copine, je viens d'apprendre de mon mari, qu'ils vont enlever 4 français pour ne pas qu'on puisse faire les frappes de la présidence,»

Donc si je comprends bien, la France a accepté de sacrifier ces personnes au profit du boucher émergeant .Ce qui est marrant c'est qu'ils crient aux loups et continuent de chercher des coupables. Bravo la Gaule
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login