Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
COTE D'IVOIRE: Les pétards de retour, bonjour les drames
 
En ces temps sensibles d’élections l'irruption des explosion de pétard suscitent toutes les peurs

ACTUALITÉ INFO NEWS COTE D'IVOIRE:: ARTICLE DE LA RÉDACTION DE KOACI EN COTE D'IVOIRE ::

© koaci.com - C’est une réalité avec laquelle les ivoiriens doivent à nouveau composer depuis le début du mois de décembre, mois annonçant les fêtes de fin d’année : les pétards sont de retour avec leur corollaire de dégâts.

Il y a quelques années en arrière, la vente et l’utilisation des pétards avaient formellement été interdites par le gouvernement d’alors, soucieux de la quiétude des populations ivoiriennes traumatisées par les bruits de fusils de tout genre depuis 2002. Malheureusement, l’usage de ces explosifs est de nouveau en vogue dans le pays.

Qui en a donné l’autorisation et pourquoi la recrudescence d’un phénomène aussi dangereux n’interpelle jusqu’alors pas les autorités actuelles? Dans tous les cas, le silence du côté des décideurs, témoignent que la réapparition des pétards est loin d’être la priorité du ministre de l’intérieur et de la sécurité, préoccupé certainement par les législatives.

Alors que les populations aspirent encore à plus de quiétude, certains individus, loin d’êtres des gamins, s’amusent à leur rappeler les heures chaudes de la crise postélectorale qui à causé beaucoup de traumatisme chez les habitants. En plus des éléments des forces républicaines de Côte d’ivoire (FRCI) qui se pavanent partout avec des kalachnikovs dont ils n’ont pas toujours la maîtrise, les ivoiriens sont, jusqu’à nouvel ordre, obligés de supporter les pétarades qui parfois ont l’air de véritables fusillades entre factions ennemies.

Au grand dam des cardiaques et des enfants fragiles, les amateurs de « banger », nom populaire de ces explosifs importés de certains pays voisins, parcourent les ruelles des quartiers et les lieux publics pour faire exploser leur gadgets dangereux. Pour ces derniers, l’objectif est de créer le maximum de peur panique au sein des populations d’où le choix de la nuit pour les opérations et les lieux de culte ou de joie pour s’adonner à leur jeu périlleux.

Inconscience ou ignorance ? Toujours est- il que les pétards font de nombreux dégâts depuis leur retour sur la scène en Côte d’ivoire. Jeudi dernier dans la commune de Yopougon, précisément au quartier Bel-Air (GFCI), une maison est presque partie en fumée. A l’origine de cet incendie qui a failli tout emporter, un pétard projeté depuis l’extérieur dans une maison par l’un de ces occupants. N’eût été la magnanimité de la providence et la solidarité des voisins, le feu n’aurait fait qu’une bouchée des meubles et objets de la maison car les pompiers, alertés aux premières heures du drame, ont comme d’habitude pris tout leur temps avant d’arriver sur les lieux au moment où le feu avait déjà été maîtrisé.

Vivement que le gouvernement se penche sur la question avant que d’autres catastrophes, à la veille des fêtes de fin d’année, ne surviennent. Mieux vaut prévenir que guérir.

François Mérouze, KOACI.COM ABIDJAN, copyright © koaci.com
 
 
6089 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 12/12/2011
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login