Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d'Ivoire: L'UPCI accuse des «égarés» qui tentent de diviser le parti et considère la question du 3ème mandat de Ouattara comme un «non-sujet»
 
Rassemblement de l'UPCI samedi à Abidjan

©Koaci.com - Lundi 11 juin 2018 - Sur convocation et sous la présidence effective du Président du Parti, Me Soro Brahima, la 2ème session du Conseil national de l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI) s’est tenue, le samedi 9 juin 2018, au siège de cette formation politique sis à Cocody et a été convoqué par le Bureau Politique du 12 mai 2018.

Il a délibéré sur deux points à l’ordre du jour, la vie du parti et l’analyse de la situation socio-politique, sans oublier, les divers.

Maitre Soro Brahima Search Soro Brahima a à l’occasion fait le bilan du congrès extraordinaire du 28 avril 2018 à l’issue duquel, l’UPCI a dit non au parti unifié RHDP.

Le Conseil national de l’UPCI, a entendu les différents compte-rendu des actions initiées par «un groupuscule d’anciens adhérents aujourd’hui égarés, a réitéré sa totale confiance au Président, Me Soro Brahima, et l’a instruit à l’effet de prendre toutes les mesures idoines et à développer toutes les stratégies pour la promotion et le positionnement continuel de l’UPCI sur l’échiquier politique national. »

«Le Conseil national de l’UPCI a également noté que Sidibé Yacoub et Fadiga Mohamed qui s’activent du côté des égarés ainsi que Ali Namelessé Kouassi n’ont jamais eu la qualité de membre du Bureau politique ni du Conseil national de l’UPCI qui sont les instances dirigeantes et d’orientation du Parti depuis le 8 juillet 2017,» précise le communiqué final, en notre possession du Conseil national signé du Président et du SG.

Le Conseil national annonce que parmi ces «égarés » des militants ont perdu leur qualité de membres du Bureau politique et du Conseil national depuis le 12 mai 20a8 et ont été remplacés par d’autres cadres dans les fonctions qui leur donnaient le droit de siéger au Bureau politique.

Il s’agit de Coulibaly Bakari, Nanan Koulé Clémentine Epouse Amessan et Kouakou Madeleine Epouse Kanga.

Comme mentionné dans ce communiqué, le Conseil national se réjouit que «ces égarés se soient identifiés suffisamment tôt et les encourage à rejoindre définitivement la case de ceux pour qui ils agissent. »

Il invite la direction et les adhérents du Parti à ne pas se laisser distraire

«par l’activisme de ces égarés et à demeurer dans la droite ligne tracée par le deuxième congrès extraordinaire du parti qui a eu lieu le 28 avril 2018 au Palais de la Culture de Treichville. »

Le Conseil national de l’UPCI assure le Président du Parti, Maître Soro Brahima, de son entière et pleine confiance.

Il s’est également penché sur les élections locales à venir en félicitant, les nombreuses candidatures enregistrées en vue des prochaines élections des conseillers régionaux et municipaux.

Toute chose, qui reflète le regain de vitalité et de dynamisme du Parti.

«Le Conseil national de l’UPCI a exhorté l’ensemble des cadres à faire acte de candidature dans les circonscriptions dans lesquelles aucune candidature n’a encore été enregistrée et a engagé tous les candidats, les cadres et les adhérents à s’impliquer activement dans le processus de révision de la liste électorale qui est une étape clé dans toute les élections, » lit-on dans le communiqué final.

Bien qu’aucune date n’ait encore été rendue publique pour la tenue de l’élection des conseillers municipaux et régionaux, le Conseil national a vivement recommandé aux candidats d’entamer, sans retard, la constitution des dossiers de candidature conformément aux prescriptions de la Commission Electorale Indépendante.

Le Conseil national a par ailleurs, examiné la situation politique nationale dominée par la question du parti unifié et l’éventualité d’un troisième mandat par l’actuel président de la République.

Il a rappelé que s’agissant du parti unifié, la position de l’UPCI est celle qui a été clairement déterminée à l’issue de son deuxième congrès extraordinaire tenu à Treichville le 28 avril 2018.

En conséquence, l’UPCI, qui a dit NON au parti unifié, n’est plus concernée par le processus d’unification des partis membres de l’actuel groupement politique RHDP.

S’agissant de l’éventuel troisième mandat de l’actuel Président de la République, le Conseil national de l’UPCI considère cette question comme un non-sujet et n’entend pas se lancer dans un procès d’intention alors qu’à maintes reprises le Chef de l’Etat a clairement écarté cette hypothèse.

Par conséquent, le Conseil National de l’UPCI n’entend pas épiloguer sur des hypothèses qui lui paraissent improbables tant les ivoiriens sont hostiles au maintien d’une classe politique qui en 2020 aura comptabilisé au moins 30 ans de vie politique active puisqu’elle est en place depuis les années 1990

Wassimagnon, Abidjan
 
 
8589 Visit(s)    1 Comment(s)   Add : 11/06/2018
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions aze
 
Apres ma prophetie on a pas atteint 4 jours... Vraiment...moins chere et sans principe...pourquoi est ce qu'il faut quon se fasse monnayer...est on obligé d'avoir Prix de vente ?...ohhhhh. La Bouche....
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login