Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d'Ivoire: Lida Kouassi Moise soutient qu'il n'est pas sorti de prison avec un couteau entre les mains souhaite l'ouverture d'un dialogue
 
© koaci.com - Mercredi 15 Août 2018 -L’ancien ministre de la Défense, Lida Kouassi Moise Search Lida Kouassi Moise considère que sa sortie de prison Search prison même après sept ans est un acte important. 

«Je voudrais lui dire qu’à la suite de ses propos que je viens d’entendre que je considère moi aussi, que notre sortie de prison Search prison même après sept ans, est un acte important. C’est un acte qui est posé qui va dans la bonne direction pour la Côte d’Ivoire. Nous sommes sortis et nous apprécions cet acte à sa juste valeur, » a déclaré Lida Kouassi Moise Search Lida Kouassi Moise à l’occasion d’une rencontre avec son neveu Kouadio Konan Bertin en présence de son Directeur de cabinet et de son chef de cabinet à son domicile.

Mais toutefois, il a dénoncé l’attitude de ceux qui l’on privé de liberté durant toutes ces années en réaffirmant qu’ils ont essayé de le briser, de briser son physique, son mental.

Il prévient ses « bourreaux » qu’il est sorti avec la même détermination, avec le même courage et avec le même dévouement pour son pays, la Côte d’Ivoire.

L’ancien ministre a également indiqué qu’en tant que homme politique, il attend que ce que le Président a si bien commencé, qu’il l’achève et l’encourage dans ce sens.

«D’abord, il se réclame d’un illustre homme, il se réclame du Président Houphouët-Boigny, le père fondateur. Nous savons tous que, Houphouët-Boigny à ses débuts, lui aussi, a eu quelques difficultés, quant il a senti qu’il ne maîtrise pas tout à fait les choses, il a fait arrêter ses propres compagnons et les a embastillé à Assabou. Mais en bon nationaliste, quant il a vu que cette situation avait crispé le climat politique dans le pays, de 1962 à 1963 qu’il les a arrêté, à 1965, 1966, à peine trois ans, il a commencé à les libérer.
 Avant la fin de 1966, les derniers étaient dehors, mais mieux, tous ceux qui occupaient des hauts postes dans l’administration publique, il les a rappelé, à leur poste. Tous ceux qui étaient du privé ont été dédommagés conséquemment. Si on se réclame l’Houphouëtiste, c’est ça l’Houphouëtisme, » a expliqué Lida Kouassi. 

Selon lui, après cet acte Houphouët a eu 32 ans de stabilité politique et de paix.

«Le pardon ne discrimine pas, le pardon ne se fait pas en demi teinte. Donc, alors qu’il a seulement quelques semaines on nous disait qu’on existait pas, qu’il n’y avait pas de prisonniers politiques, si brusquement, soudain on nous dit, que ceux qui seront amnistiés seront au nombre de 300, plus 500 autres qui sont encore en exil, on ne peut pas comprendre que sur les 300 on retienne 60 personnes. Nous souhaitons que le président aille au bout du pardon et que les 60 sortent, » a-t-il poursuivi.

L’ancien ministre de la Défense estime que les soldats en prison Search prison ne sont pas allés agresser un autre pays.

«Ce sont des soldats qui étaient dans leur rôle dès l’instant où leur pays a été agressé de riposter, de défendre la nation. Donc qu’on ne cherche pas des prétextes pour les maintenir en prison. Que le pardon aille jusqu’au bout sans discrimination, c’est la première chose que nous souhaitons, » a insisté l’ancien collaborateur de Laurent Gbagbo.

Pour une réconciliation totale et vraie des ivoiriennes, il attend effectivement du pouvoir que ses camarades qui avaient été contraints à l’exil où lui-même était au départ, dans plusieurs pays de la sous-région y compris en Europe, qu’on les remette en confiance et qu’ils rentrent, car on est jamais mieux que chez soi.
«Je comprends leur scepticisme et leur hésitation puisqu’on leur a brandi à plusieurs reprises des mandats d’arrêt. Donc je comprends qu’ils attendent un peu pour voir. Nous souhaitons qu’ils reviennent tous, » a soutenu l’ancien ministre.

Il se propose d’accompagner le gouvernement pour le retour des exilés.
«Je pense même que si le Président veut bien, nous pouvons accompagner un de ses ministres sur les lieux d’exil de nos camarades pour les convaincre à rentrer à la maison, comme ça ils rentreront à la maison pour que plus aucun de nos compatriotes ne soit contraint à errer dans la sous-région. Ce n’est pas digne de la Côte d’Ivoire, » a plaidé l’ancien détenu. 

Selon lui, le signal final qui doit rassurer aujourd’hui toute la nation, qui doit faire tomber toute la tension et conduire véritablement à la réconciliation, de vouloir vivre ensemble dans la paix, c’est le retour de ses deux compatriotes qui sont encore à la Haye.

Il estime que quand tout ce monde sera sorti de prison Search prison que ses camarades seront revenus d’exil, ainsi que la décision finale du mois d’octobre de la Cour pénale internationale (CPI) cela pourra redonner la paix à la Côte d’Ivoire ou la conduire vers d’autres aventures que nul ne maîtrise et nul ne souhaite.

Lida a rassuré son neveu qu’il n’est pas sorti de prison Search prison avec un couteau Search couteau entre les dents et n’a pas d’arme et de pistolet.

L’ancien ministre reconnais que souvent on se méprend sur sa modeste personne alors qu’il n’est pas un spécialiste de coups d’état, même si étant un civil, il a étudié les questions militaires.

«Et ce n’est pas ma vision de la vie politique. Nous voulons que les choses se passent dans les urnes et que le souverain primaire qu’est le peuple, se donne le dirigeant qu’il veut, » a-t-il martelé.

L’ancien ministre de la Défense attend l’ouverture d’une table de dialogue Search dialogue avec toutes les forces de la nation.

«Après avoir servi la nation pendant 16 ans à l’ Université et enseigné de haut cadres de la nation, après avoir été un an et demi conseillé du Président Guéi, après avoir été ministre d’Etat, après avoir été 10 ans député à l’Assemblé Nationale, je ne peux pas accepter de vivre, dans une carcasse de maison calcinée à Lakota alors que celui même qui a été au commande de ces faits s’est bâti un quartier à Lakota. Moi je suis assis dans les cendres de ma maison et lui, il a tout un quartier à Lakota et il s’appelle Kouyaté. On ne peut pas l’accepter, » a déclaré le natif de Lakota pour justifier sa position en affirmant au passage qu’il y a eu extorsion de biens, destruction de biens, expropriation.

«Il y a eu tous ces actes et à qui incombe la réparation. Je n’ai pas de véhicule, je ne peux pas me déplacer en bus. Dans cette maison s’y où, j’ai été capturé le 11 avril 2011, ils m’ont pris 8 véhicules. Mais 5 véhicules d’usage et mes 3 véhicules que j’avais acquis pour la campagne présidentielle, » a-t-il déploré.

Dans sa logique, l’ancien ministre ne comprend pas pourquoi des personnes sont parachutées dans certaines localités pour être des élus de la nation alors que le Président Houphouët-Boigny leur a appris la géopolitique. 

«Je ne peux pas comprendre, c’est personnel, le PDCI-RDA nous a dirigé pendant 42 ans, à Lakota, chaque fois que le PDCI-RDA voulait un candidat, pour le représenter et représenter le peuple Dida à l’Assemblée Nationale que nous appelons en science politique la représentation nationale, il trouvait un Dida pour être le candidat du PDCI-RDA, un Dida militant du PDCI-RDA, candidat du PDCI-RDA pour aller parler au nom des Dida à l’Assemblée Nationale, » a-t-il souligné.

L’oncle de KKB ne comprend pas, qu’à la représentation nationale aujourd’hui, celui qui parle au nom des Dida de Lakota s’appelle Kouyaté Abdoulaye. 

«Je n’ai rien contre lui individuellement mais je trouve que c’est malheureux, »a-t-il précisé. 

Il trouve également inadmissible que celui qui parle au nom des Abeih, ses « toukpê », (alliés) à l’Assemblée Nationale s’appelle Adama Bictogo, que celui qui parle au nom des Agni d’Aboisso s’appelle Sylla.

De son avis, ce sont des maladresses, parce que, Houphouët leur a enseigné, la géopolitique. 

«Si on est Houphouëtiste on doit s’inspirer de cela. Un parti politique est ce qu’il n’est pas capable de trouver un Dago ou un Dakouri à Lakota ? Voilà autant de problèmes qui peuvent se régler autour d’une table pour que le pays retrouve définitivement la voie de la paix, » a-t-il conclu.

Wassimagnon, Abidjan 
Click to enlarge
Côte d'Ivoire: Lida Kouassi Moise soutient qu'il n'est pas sorti de prison avec un couteau entre les mains souhaite l'ouverture d'un dialogue
 
 
35507 Visit(s)    11 Comment(s)   Add : 15/08/2018
  4 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions Deku
 
Je suis plutôt d'accord avec lui mais qu'il ne compte pas trop sur une indemnisation, même si elle a lieu elle sera minimale. Et puis c'est pas forcément mauvais que quelqu'un d'une autre ethnie représente l'ethnie s'il est vraiment élu (après on connait la fiabilité du système)....
Je suis plutôt d'accord avec lui mais qu'il ne compte pas trop sur une indemnisation, même si elle a lieu elle sera minimale. Et puis c'est pas forcément mauvais que quelqu'un d'une autre ethnie représente l'ethnie s'il est vraiment élu (après on connait la fiabilité du système). Le problème est que ça arrive trop souvent, et avec des ethnies qui n'ont pas vraiment d'affinité: un Agni qui représente les Abbey (ou Abeih?) et inversement ça passerais presque inaperçu quand on sait les relations entre ces ethnies.
 
 
Read more
See his contributions Zorah
 
Paroles très sages sur lesquelles nos autorités devraient méditer.
 
 
 
<
«Je n’ai rien contre lui individuellement mais je trouve que c’est malheureux, »a-t-il précisé.

Il trouve également inadmissible que celui qui parle au nom des Abeih, ses « toukpê », (alliés) à l’Assemblée Nationale s’appelle Adama Bictogo, que celui qui parle au nom des Agni d’Aboisso s’appelle Sylla.

De son avis, ce sont des maladresses, parce que, Houphouët leur a enseigné, la géopolitique.

«Si on est Houphouëtiste on doit s’inspirer de cela. Un parti politique est ce qu’il n’est pas capable de trouver un Dago ou un Dakouri à Lakota ? Voilà autant de problèmes qui peuvent se régler autour d’une table pour que le pays retrouve définitivement la voie de la paix, » a-t-il conclu.>>
Je ne sais qui en n’est l’auteur réellement mais c’est encore jetter un pavé dans la marre.
Chaque ressortissant comme représentant c’est excellent comme idée oui mais quand n’est t’il de ceux qui ont un des parents originaires de ces lieux ou qui ont été adoptés par les personnes résidentes ou les autochtones de ces lieux?Est ce qu’il faut pas encourager une meilleure intégration des peuples?
Au nom de cette géopolitique qui est sensée être aux commandes de l’etat?
Est ce qu’il faille intégrer dans notre constitution des amendements pour encourager cette répartition qui semble judicieuse?
Juste je veux savoir.
 
 
Read more
See his contributions ILLUSIONS PERDUES
 
le tribalisme du rdr, même ds le choix des candidats. à part la tricherie, Adama Bictogo peut il gagner une législative en pays Abbey. Depuis longtps... aujrd'hui le rdr fait le choix d'un abbey au régionale. Mr N'gou D Pierre. voila c que demande lida kouassi.
 
 
 
See his contributions PDCI2020
 
M. Lida Kouassi, ce que vous soulevez comme problème s'est aggravé parce que depuis 8 ans le FPI boycotte les élections. C'est normal alors que des gens d'ailleurs soient député chez vous en se faisant élire avec 2000 voix. Actuellement on dit de déposer les candidatures pour les...
M. Lida Kouassi, ce que vous soulevez comme problème s'est aggravé parce que depuis 8 ans le FPI boycotte les élections. C'est normal alors que des gens d'ailleurs soient député chez vous en se faisant élire avec 2000 voix. Actuellement on dit de déposer les candidatures pour les municipales et régionales qu'attendez vous au FPI pour vous décider ? En vous posez mal le problème avec un relent de tribalisme.
 
 
Read more
See his contributions ciskiller
 
Par contre Monsieur le Ministre, je suis contre le tribalisme et le régionalisme. Chaque ivoirien peut concourir dans toutes les contrées du pays sans problème puisque c’est le peuple souverain qui décide. Ça serait bien que donc un Dida puisse être député à Odienne ou Kouto par ...
Par contre Monsieur le Ministre, je suis contre le tribalisme et le régionalisme. Chaque ivoirien peut concourir dans toutes les contrées du pays sans problème puisque c’est le peuple souverain qui décide. Ça serait bien que donc un Dida puisse être député à Odienne ou Kouto par exemple. Juste poser de bonnes actions et mettre la population en confiance et ça passe.
 
 
Read more
See his contributions ciskiller
 
Pour l’heure, comme l’a si bien dit PDCI2020, je vous invite à faire acte de candidature pour battre Kouyate et le reste suivra. Beaucoup de courage à vous.
 
 
 
See his contributions ciskiller
 
Monsieur le Ministre, vu votre discours d’apaisement, en plus du dégel de vos avoirs, je pense que le pouvoir en place n’hésitera point une seconde à vous dédommager si vous présentez une once de preuves contre le sieur Kouyaté. J’ose esperer que vous aurez bientôt gain de cause....
Monsieur le Ministre, vu votre discours d’apaisement, en plus du dégel de vos avoirs, je pense que le pouvoir en place n’hésitera point une seconde à vous dédommager si vous présentez une once de preuves contre le sieur Kouyaté. J’ose esperer que vous aurez bientôt gain de cause. Aussi, très bonne idée de prendre le bâton de pèlerin pour encourager les autres à rentrer.
 
 
Read more
See his contributions SRIKA BLAH
 
Je suis 100% d'accord....il n'y a jamais eu de Koffi, Sery, Guéi, Yapi ..... representé Kong ou Gbéléban.... Les nordistes "Djoula" pensent que notre pays est leur vase-de-nuit
 
 
 
See his contributions Mauvais LeMauvais
 
«D’abord, il se réclame d’un illustre homme, il se réclame du Président Houphouët-Boigny, le père fondateur"Un père fondateur? Il doit se retourner dans sa tombe. Vous l'avez humilié, blessé, jeté dans la rue, aujourd'hui, vous reconnaissez sa valeur.La prison ouvre les yeux. Mer...
«D’abord, il se réclame d’un illustre homme, il se réclame du Président Houphouët-Boigny, le père fondateur"
Un père fondateur? Il doit se retourner dans sa tombe.
Vous l'avez humilié, blessé, jeté dans la rue, aujourd'hui, vous reconnaissez sa valeur.
La prison ouvre les yeux.
Merci Wattra!
 
 
Read more
See his contributions Zott
 
À peine sortis de prison que les ex-prisonniers frontistes entonnent la cacophonie. Au FPI, les membres ne parlent jamais d'une même voix. Chacun fait sa conférence de presse pour raconter ce qui lui passe par la tête sans se concerter avec les suctures les structures de leur par...
À peine sortis de prison que les ex-prisonniers frontistes entonnent la cacophonie. Au FPI, les membres ne parlent jamais d'une même voix. Chacun fait sa conférence de presse pour raconter ce qui lui passe par la tête sans se concerter avec les suctures les structures de leur parti.
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login