Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d'Ivoire : Duncan se prononce pour la première fois sur le mandat d'arrêt lancé contre Soro par le Burkina Faso et reste convaincu du règlement de cette situation
 
Daniel Kablan Duncan à Davos (ph) 


© Koaci.com – Vendredi 22 Janvier 2016 – Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan Search Daniel Kablan Duncan est en ce moment en Suisse où il prend part à Davos au Forum économique mondial.

A l’occasion d’un entretien avec un confrère de la radio internationale, RFI, il s’est prononcé sur le mandat Search mandat d'arrêt lancé par le Burkina Faso contre Guillaume Soro et a reconnu que cette situation ne peut pas entamer les bonnes relations entre les deux pays.

«Non, je ne pense pas que l’amitié est menacée. Il faut être zen et garder son calme quand il y a ce genre de situation, » a déclaré le chef du gouvernement ivoirien qui se prononçait pour la première fois sur ce sujet.

«Le président de la République son Excellence Alassane Ouattara est allé à Ouagadougou pour participer à l’installation du président Compaoré, » a-t-il poursuivi.

Selon lui son pays a une relation très, très forte avec le Burkina Faso et compte près de 3 millions de Burkinabè qui y vivent.

«On a même des liens de sang. Il faut faire en sorte que les vagues à court terme n’affectent pas le long terme. Et c’est ce qui va se passer, vous allez voir. Les relations vont se renforcer, » ajouté Duncan.

La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ont beaucoup de coopérations dans le domaine par exemple ferroviaire.

C’est pourquoi, le Premier ministre est convaincu que la situation qui prévaut en ce moment est une tempête dans un verre d’eau qui va se régler.

Il soutient également qu’il n’a aucune crainte pour la communauté burkinabè vivant en Côte d’Ivoire car les relations entre les deux pays sont anciennes.

A la question de savoir si le Premier ministre a peur du terrorisme après les attentats du Burkina Faso, Daniel Kablan Duncan Search Daniel Kablan Duncan a été ferme et rassurant.

«Je ne pense pas qu’il faut avoir peur. Ce que je veux dire d’abord, c’est que nous avons présenté nos condoléances à nos amis, d’abord du Mali puisque ça a commencé au Mali, ensuite du Burkina Faso. Je suis allé personnellement à l’ambassade des deux pays pour présenter nos condoléances, » a-t-il lancé.

En dépit de la quiétude qu’il affiche, le chef du gouvernement ivoirien estime que le terrorisme doit être combattu, pas de manière nationale, mais de manière régionale.

«C’est l’objectif qui est fixé au niveau de la CEDEAO. A la fois au niveau, bien sûr, du Mali, au niveau du Burkina Faso et même au niveau du Nigeria avec Boko Haram. Parce qu’on ne peut pas avoir de développement sans stabilité et sans paix. Donc c’est un élément très, très fort du point de vue politique, » a expliqué Duncan.

Pour lui, la communauté régionale avec l’appui de la communauté internationale, doit prendre ce dossier à bras le corps et il va disparaitre.


Wassimagnon, ABidjan
 
 
11984 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 22/01/2016
  3 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login