Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
COTE D'IVOIRE: Une administration “bis“ tourne à plein temps à Adjamé Mirador
 
Il s'en passe des choses à Adjamé, ici dans la commune d'Abidjan ce jeudi matin (ph Mikado)

::ACTUALITÉ INFO NEWS COTE D'IVOIRE:: ARTICLE DE LA RÉDACTION DE KOACI EN COTE D'IVOIRE ::

© koaci.com - On dit très souvent d’Adjamé que l’aéroport ne s’y trouve pas mais que l’on peut y avoir le visa. Tellement cette cité est réputée pour ces affaires. A Adjamé Search Adjamé si tu cherches bien, tu peux tout trouver.

Le mot dernier délai, papier périmé ou document ancien n’a pas de sens à Adjamé Search Adjamé Mirador. Des hommes et des femmes, que nous avons rencontrés à proximité de l’immeuble « Mirador », siège de la Sicogi, ce jeudi à 9 heures sont l’exemple type de cette commune. En effet, des dactylos mettent et remettent à jour des documents dont la validité n’est plus à l’ordre du jour. Il s’agit parfois de jugements supplétifs, des casiers judiciaires et autres sortes de documents. « C’est ici, que je viens mettre mes documents à jour quand je suis pris par le délai » avoue J.B.K. Ce jeu dangereux, il dit le pratiquer depuis bien longtemps.

La méthode et toute simple. Selon un dactylographe qui a requis l’anonymat, il s’agit de faire disparaître à l’aide d’une gomme spéciale les dates sur les papiers périmés et d’en apposer une nouvelle, en cours de préférence. « Nous avons tout type de machine avec différents types de caractères. Ce qui nous permet de reproduire exactement les mêmes choses sur les documents qu’on nous envoie » indique ce dernier. Ainsi, le coût de leurs prestations varie entre 500 et 1000 fcfa, avec un gain considérable en temps. « Les gens viennent chez nous parce que cela leur évite tous ces pots de vin et les lenteurs administratives » a-t-il poursuivi.

Même si cette activité comporte de risques et a causé beaucoup de désagréments à certains de leurs clients, il n’en demeure pas moins que la situation socio-politique a entraîné sa recrudescence. « Les gens n’ont plus de papiers ni de diplômes, ils profitent de l’occasion pour venir faire du faux. C’est en cela que le recensement général des fonctionnaires tel que voulu par le ministre Gnamien Konan, trouve tout son sens » s’est réjoui Koné Sinaly, informaticien. A côté de cela, on note aussi que l’Etat este impuissant face aux manœuvres de ces « dactylos ambulants ». Puisque la plupart des différends qui se posent sont réglés d’avance. « Ici, chacun sait déjà que si son papier est réjeté, il n’a pas le droit de venir se plaindre parce que ce n’est ni la mairie ni un service de l’Etat » martèle un homme, la quarantaine révolue qui travaille sur ce site depuis une décennie.

Toutefois, une défenderesse de cet « art » reconnaît que leur métier a été travesti par des brebis galeuses. « Nous étions là auparavant pour taper les lettres et les demandes pour des demandeurs d’emploi. Ou encore pour des personnes illettrées. Mais ce que nous voyons aujourd’hui est dangereux pour le pays » avoue-t-elle. Préconisant que les responsabilités soient situées. Dans tous les cas, avec la rigueur imposée par les nouvelles autorités, on peut d’ores et déjà affirmer que toutes ces tentatives de fraude en ces lieux seront vouées à l’échec.

Mikado, KOACI.COM ABIDJAN, copyright © koaci.com
 
 
9089 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 15/12/2011
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login