Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Côte d’Ivoire : Les « Dozos » se cherchent un chef suprême
 
Abidjan, le 07 Mai 2013 © koaci.com- Abidjan maintien le cap de la volonté de mettre de l’ordre dans ce qui pourrait, notamment vu de l’extérieur, "gâter" l'image du pays, comme selon l'expression populairement employée en Côte d'Ivoire. Sur ce registre, Dieu sait si les dozos sont, souvent par ignorance, pointés, et ce parfois à tort compte tenu du tenant culturel, du doigt depuis l'arrivée au pouvoir d'Alassane Ouattara.

En effet, en conclave depuis la semaine dernière les « Dozos » rebaptisés par les autorités « Vandougous » réfléchissent à se trouver un nouveau chef suprême qui sera connu cette semaine, et qui devra réorganiser la confrérie pour l’adapter aux critères du ministère de l’intérieur, apprend-on ce mardi dans un communiqué de presse.

« Du jeudi au vendredi, tous les membres de la confrérie (dozo) se retrouvent à Vandougou Search Vandougou dans le département d’Odienné avec pour objectif le choix du chef suprême (le Dozoba) », précisant que cette grande réunion sera présidée par le directeur de cabinet du ministère de l’Intérieur, Bamba Cheick Daniel.

Le conclave de Vandougou Search Vandougou qui résulte de plusieurs réunions initiées par le ministère de l’Intérieur, avec "une forte implication du commandant de la police militaire Koné Zakaria, lui-même membre de cette confrérie", permettra d’élire le "Dozoba", "en qui tous les dozo de Côte d’Ivoire se reconnaitront.

La confrérie « Dozos » citée négativement à plusieurs reprises dans les rapports des Organisations Internationales des Droits de l’Homme et qui continue d’être une menace sérieuse pour les populations de l’ouest et du sud du pays, se réorganisent avec l’onction du pouvoir pour on ne sait à quels buts.

Ces chasseurs autrefois cantonnés dans le nord du pays ont d’abord servi de supplétifs aux forces nouvelles dans la guerre de 2002 avant d’être le piliers de l’installation d'Alassane Ouattara au pouvoir avant que Laurent Gbagbo ait refusé de reconnaitre la victoire de ce dernier aux élections présidentielles du 28 Novembre 2010, comme le préconisait la communauté internationale.

Donatien Kautcha
 
 
8342 Visit(s)    1 Comment(s)   Add : 07/05/2013
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions Dabakala
 
« …avant que Laurent Gbagbo ait refusé de reconnaitre la victoire de ce dernier aux élections présidentielles du 28 Novembre 2010, comme le préconisait la communauté internationale.” Oui, savoureux à souhait. On se devra de ne pas tomber dans la chute habituelle du groupe AFP, qu...
« …avant que Laurent Gbagbo ait refusé de reconnaitre la victoire de ce dernier aux élections présidentielles du 28 Novembre 2010, comme le préconisait la communauté internationale.” Oui, savoureux à souhait. On se devra de ne pas tomber dans la chute habituelle du groupe AFP, qui veut faire passer une “vérité” qui n’en est pas une !! Ici, KOACI, à travers la plume bien née de @Kautcha, évitera de mettre le pied instinctivement dans la merde en précisant “comme le préconisait la communauté international”, car en effet, cette communauté aura fait sa part et se sera permise de décider dans un pays souverain qui se devait de gagner des élections, malgré la fraude a très large échelle constatée au nord du pays, une fraude qui a été de mise encore récemment, lors des élections communales et régionales, qui ont suffi a convaincre tout le monde qu’HAHO ne pouvait en aucun cas avoir gagné ces élections présidentielles !! La confrérie dozo aura joué son rôle d’intimidation et se sera illustré lors de la prise du pays, dans la douleur et la violence qui la caractérise, pour enfin considérer l’ouest et le sud du pays comme propriété tenant lieu de rétribution, à travers le racket quasi quotidien et les abus de toute sorte. Mais on se devra d’être tous pragmatiques et selon Machiavel, seuls ceux qui ont la réalité du pouvoir sont vainqueurs et à eux d’écrire l’histoire et de la faire accepter. Si l’histoire résiste à cette imposition, alors cela veut dire que la victoire n’est pas encore consommée et ne le sera pas. On repousse donc implicitement sa défaite, car la résistance grossit et forcit, avec pour point d’orgue le changement de cap, qui se manifestera par le fait que l’on se retrouve en train de subir à son tour tout ce que l’on aura fait subir aux autres. L’avenir de ce pays demeure donc toujours aussi sombre et ce ne sera qu’une question de temps et de lieu !! La suite !!
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login