Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Les certificats d’inscription valent de l’or
 
::Koaci.com Libreville ::

De nombreuses personnes au Gabon usent de subterfuges divers, pour se faire de l’argent en cette période électorale.

L’un des moyens détournés pour arriver à cette fin, est la collecte des certificats d’inscription sur la liste Search liste électorale. En effet, ces derniers sont par la suite monnayés auprès des politiques, visiblement préoccupés par les voies et moyens pouvant permettre leur élection si possibles à tous les prix, dans cette course à la fonction suprême de l’Etat.

Les différents états major politiques rivalisent d’ingéniosité, pour s’offrir auprès du collège électoral au maximum, ces actes administratifs qui sont échangés contre espèces, le tout à la tête du client, pour des prix oscillants entre 10 ET 25 milles francs cfa.

Les personnes en âge de voter sont fréquemment abordées par les équipes ambulantes de ces nouveaux VRP politiques. Déterminés même par les moyens contraires à l’éthique et à la morale ces derniers sont prêts à tout pour faire élire non pas leur champion, mais leur employé de circonstance.
Nous avons reçu le témoignage d’un jeune garçon issu de Mindoubé, l’un des quartiers les plus défavorisés de Libreville, qui aurait refusé la somme de 30000 FCFA contre l’achat de son certificat Search certificat et l’inscription sur une liste.

Selon nos investigations, la manœuvre consisterait dans un premier temps, après consentement de l’électeur, de lui verser la somme convenue en contre partie de l’obtention de son certificat Search certificat d’inscription. Ce document prisé ne lui sera délivré que le jour du vote, assorti d’un second versement d’argent, pour sceller l’accord visant à lui permettre de voter le candidat à l’origine cette opération qui consiste échanger le droit de vote contre des billets de banque.

Une partie des gabonais ont pris conscience de la valeur marchande et fondamentale de ce certificat Search certificat d’inscription sur la liste Search liste électorale. La promesse en politique n’étant pas une dette, certains optent pour le principe « vaut mieux un tient que deux tu l’auras ».

Si bon nombre se sont laissés tenter, souvent en fonction des réalités sociales et des préoccupations pécuniaires immédiates, par cette manœuvre maligne, nombreux sont ceux qui, à contrario, ont pris conscience que seul le vote pourra permettre le changement que tous espèrent.

 
 
4046 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 30/07/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login