Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Cameroun: Vendre la peau de bœuf pour lutter contre la pauvreté
 
Une marmite de peaux de bœuf à Yaoundé (Ph KOACI)

© koaci.com - Vendredi 29 Juin 2018 - Au Cameroun, parmi les activités du secteur informel génératrices de revenus, figure le commerce de la peau de bœuf par morceaux.

Pendant les vacances scolaires comme c’est le cas en ce moment, ce petit commerce attire de nombreux jeunes camerounais des familles défavorisées.

Click to enlarge
Cameroun: Vendre la peau de bœuf pour lutter contre la pauvreté
Parmi ceux-ci, Ousseini 18 ans, originaire de la région de l’Ouest précisément dans le Noun.

Il dit vendre par tranches de 100 FCFA, la peau de bœuf, dans le but de préparer sa prochaine rentrée scolaire.

On peut voir le jeune élève arpenter les principales rues du quartier Nlongkak Search Nlongkak premier arrondissement de Yaoundé, sac de pains à la main et marmite sur la tête, dans laquelle baignent dans une sauce des morceaux de peau de boeuf.

Sa marmite peut en contenir entre 100 et 150 tranches de peau de bœuf, vendues à 100 FCFA l’unité.

Ce qui rapporte quotidiennement au jeune homme entre 10 000 et 15 000 FCFA (soit entre 15 et 22 euros) par jour. Suffisant, pour lui permettre de bien préparer sa rentrée scolaire sans solliciter l’aide de ses parents.

Le commerce de la peau de bœuf attire les jeunes de familles pauvres, par ce qu’il ne nécessite pas d’un capital important pour son démarrage.

Lire aussi : http://koaci.com/cameroun-commerce-daliments-saison-aubaine-pour-pauvres-sans-revenus-fixes-120467.html

Lire enfin : http://koaci.com/cameroun-debrouillardise-vent-poupe-chez-jeunes-119672.html

Armand Ougock, Yaoundé
 
 
6469 Visit(s)    5 Comment(s)   Add : 29/06/2018
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions dramani
 
Nous, en CI, il y a bien longtemps que nous luttons culturellement contre la pauvreté en mangeant du ''kplo'' (la peau de boeuf)
 
 
 
See his contributions Okapi
 
C'est tout à fait normal qu'il fasse ça pour payer ses etudes et subvenir à d'autres besoins. Le jeune homme pouvait vendre aussi autres choses comme les fruits, les arachides, etc. Mais lui, il a choisi la peau des boeufs, qui ne demande pas un capital important pour démarrer, s...
C'est tout à fait normal qu'il fasse ça pour payer ses etudes et subvenir à d'autres besoins. Le jeune homme pouvait vendre aussi autres choses comme les fruits, les arachides, etc. Mais lui, il a choisi la peau des boeufs, qui ne demande pas un capital important pour démarrer, selon l'article. En Côte d'Ivoire, on ne mange pas les "Kplo" par pauvreté. Là où je suis, j'en mange occasionnellement, mais ça coûte très cher.
 
 
Read more
See his contributions YAO JEAN MARC
 
MOI JE QUE C'EST PAS LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ MAIS C'EST DE SURVIVRE
 
 
 
See his contributions SRIKA BLAH
 
Je suis ivoirien..mais j'adore la peau de bœuf bien cuite dans une sauce graine, de feuilles,de gombo sec, etc etc..
 
 
 
See his contributions Zott
 
" Vendre la peau de boeuf... " . Ce journaleux n'avait vraiment rien à écrire. Ça c'est une nouvelle ça ? Tas de choses qui se passent au Cameroon notamment la guerre Anglophone-francophone, Boko Haram, élection truquée, Paul Byia et sa présidence à vie, etc... Rien de cela ne l'...
" Vendre la peau de boeuf... " . Ce journaleux n'avait vraiment rien à écrire. Ça c'est une nouvelle ça ? Tas de choses qui se passent au Cameroon notamment la guerre Anglophone-francophone, Boko Haram, élection truquée, Paul Byia et sa présidence à vie, etc... Rien de cela ne l'attire, si ce n'est pas pour nous parler de peau de boeuf... Décidément....
 
 
Read more
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login