Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Cameroun : Présidentielle 2018, l'opposition se déchire autour du financement public de la campagne
 
Maurice Kamto

© koaci.com- Jeudi 20 septembre 2018- Le pactole attendu pour le financement public Search financement public de la campagne présidentielle et mis à la disposition des candidats de l’opposition ne fait pas l’unanimité.

Quelques représentants des candidats ont refusé la première tranche des 30 millions FCFA, soit 15 millions CFA en espèces sonnantes et trébuchantes que leur proposait le Ministère de l’Administration territoriale (Minat).

Ce montant constitue l'avance de 50% du financement public Search financement public de la campagne électorale.

La loi camerounaise prévoit que l'autre moitié doit être versée après le scrutin, aux seuls candidats ayant réalisé un score de 5% au moins.

Pour cette présidentielle du 7 octobre 2018, l’enveloppe globale réservée au financement public Search financement public de la campagne électorale est de 30 millions FCFA par candidat soit 270 millions FCFA pour les 9 compétiteurs.

Maurice Kamto du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Franklin Ndifor Search Franklin Ndifor du Mouvement Citoyen National du Cameroun (MCNC) et Serge Espoir Matomba Search Serge Espoir Matomba du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale (PURS) n’ont pas perçu leur quote-part.

La Plateforme pour la Nouvelle République qui soutient le candidat Akere Muna n’a pas encore envoyé de représentant pour le retrait du financement public Search financement public de la campagne électorale apprend-Koaci au Minat.

Les candidats de l’opposition, estiment qu’il s’agit d’une « injure » pour les uns et d’une « moquerie » pour d’autres.

Pourtant, si le code électoral prévoit le financement public Search financement public de la campagne électorale, il n’indique pas de montant fixe à verser à chaque candidat.

Interrogé par KOACI, Serge Espoir Matomba, le candidat du PURS Search PURS a dénoncé une moquerie de l'État et s'est voulu catégorique, « notre refus est catégorique nous n'allons pas percevoir cet argent. Notre campagne est évaluée à 8 milliards FCFA. Nous ne sommes pas les seuls à l'avoir refusé et nous sommes en contact avec les autres. »

En réaction, Paul Atanga Nji, le ministre de l’Administration territoriale a fait savoir que trois partis politiques avaient encaissé leur quote-part.

« Les représentants de Cabral Libii (Univers), Paul Biya, Rassemblement démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) et Joshua Osih du Social Democratic Front (SDF), ont perçu leur tranche des 15 millions FCFA chacun », a précisé le ministre.

Pour rappel, la caution lors du dossier de candidature est fixée à 30 millions FCFA.
Interdiction

Ce n’est pas le premier couac de cette présidentielle. Dans la métropole économique, le sous-préfet de la commune de Douala Ve a interdit une grande réunion politique prévue par le candidat Cabral Libii du parti univers.

Selon le comité d’organisation, ce rassemblement prévu le 23 septembre 2018 à Douala devait servir de lancement officiel pour la campagne de leur candidat.

L’autorité administrative a évoqué « l’indisponibilité » du stade où devait se tenir le meeting du candidat.

La décision est qualifiée de « fallacieuse » par le comité d’organisation qui envisage déjà des voies de recours.

La campagne électorale de la présidentielle 2018, s’ouvre officiellement le 22 septembre prochain. Elle va durer 2 semaines.


A.O, Yaoundé

-Pour toute information, joindre la rédaction camerounaise de KOACI au 237 691 15 42 77- ou cameroun@koaci.com –
 
 
4527 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 20/09/2018
  3 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login