Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Cameroun: Défaillances médicales, le Minsanté prescrit des directives que le personnel ne va pas appliquer
 
André Mama Fouda (ph KOACI.COM)

© Koaci.com- Samedi 2 Avril 2016- Au Cameroun, la polémique ne retombe toujours pas, après la mort en couche, le 12 mars dernier de Monique Koumateke et de ses jumeaux, dont l’éventration devant l’hôpital Laquintinie de Douala, a ému le monde.

Face à la pression populaire, et aux reproches de la présidence de la République, pour ne pas se voir fragiliser politiquement, André Mama Fouda, le ministre camerounais de la Santé Search Santé Publique, a appelé à son secours l’Ordre national des Médecins du Cameroun (Onmc), qui a confirmé sans convaincre, la version officielle donnée 24 heures après le drame.

Le gendarme de la Santé Search Santé Publique, a sorti des tiroirs les termes d’une vieille circulaire, qui n’ont jamais été appliqués. Il vient de prescrire une série de directives Search directives au personnel médical et para médical, dans les hôpitaux publics, sur l’accueil, la prise en charge des malades et plus particulièrement, dans les urgences.

« En cas d'urgence vitale la prise en charge est immédiate et sans condition de payement préalable. Les médicaments et consommables médicaux de prise en charge des détresses vitales doivent à cet égard être disponibles et accessibles 24H/24 dans les services des urgences. Les Hôpitaux de 1ere et 2è Catégorie doivent dans les 06 mois mettre en place un système de vidéosurveillance des accès et des points névralgiques », lit-on par exemple comme recommandations dans le texte.

Il prescrit aussi, un audit interne mensuel, « chaque Formation Sanitaire doit adresser sous 30 jours un audit interne de son fonctionnement. Tous les trimestres un point financier sur la prise en charge des Urgences Vitales doit être établi et connu de la Direction de l'organisation des Soins et de la Technologie Sanitaire (DOSTS) », lit-on encore.

Ces directives Search directives existent depuis, mais elles n’ont jamais été appliquées et rien ne garantit qu’elles le soient.

Les défaillances dans la prise en charge des patients, le rançonnement, le détournement des malades et les circuits parallèles de vente des médicaments et consommables, dans les infrastructures sanitaires publiques au Cameroun, sont une réalité que vivent chaque jour les populations, conséquence d’une mauvaise gouvernance, d’un sous développement généralisé et d’une pauvreté chronique.

Armand Ougock, Yaoundé

La rédaction Afrique centrale de Koaci.com est à Yaoundé ! Une info? Appelez nous au + 237 691 15 42 77 Ou cameroun@koaci.com
 
 
5325 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 02/04/2016
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login