Logo Koaci
 
 
 
Cameroun: La débrouillardise a le vent en poupe chez les jeunes
 
Des conducteurs de motos à Yaoundé (Ph KOACI)

© koaci.com- Vendredi 11 Mai 2018- Au Cameroun, le secteur informel recrute plus que tout autre. Il offre des emplois aux personnes de tout âge et de tout sexe.

Les diplômés de l’enseignement supérieur s’y recrutent en grand nombre, après plusieurs échecs dans les concours administratifs.

« Vous savez qu’il est difficile de trouver un emploi décent dans une entreprise ici au Cameroun. Après avoir raté les concours de la police et de l’armée, je me suis lancé dans la vente à la sauvette, surtout par ce que j’avais déjà deux enfants avec ma petite amie », explique Abou, vendeur à la sauvette de 37 ans, à Yaoundé.

Depuis 5 ans, Abou arpente les rues de la capitale camerounaise, pour vendre des vêtements.

« J’achète par ballots, parfois je ne sais même pas ce qu’il y a dans le ballot. Il m’est arrivé d’acheter un ballot de vêtements d’enfants ou de sous-vêtements de femmes » explique le jeune homme, originaire de la région du Nord.

Les statistiques sur le nombre de personnes qu’emploie le secteur informel, ne sont pas disponibles.

L’Institut national de la statistique (INS) basée à Yaoundé, estime entre 10 et 30%, le taux de chômage au Cameroun.

Pour l’Union des syndicats libres du Cameroun (USLC) et l’Union générale des travailleurs du Cameroun (UGTC), le taux de chômage est d’environ 70%.

Toutefois, les services gouvernementaux qui se montrent préoccupés par le taux de chômage qui frappe principalement les jeunes, expliquent que le chômage au Cameroun est « structurel » et non « conjoncturel ».

« Le chômage dans notre pays est structurel. Il n’est pas lié à la conjoncture. Il y a le chômage au Cameroun par ce que nous n’avons mis assez tôt, l’accent sur la professionnalisation dans les formations. Nous avons passé le temps à former des diplômés en lieu et place des jeunes pour l’auto emploi », explique Zacharie Perevet, le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle (MINEFOP).

L’Etat semble rattraper le retard. Le gouvernement met de plus en plus, l’accent sur la professionnalisation des enseignements.

C’est dans ce cadre que le premier lycée agricole du Cameroun a été créé en 2016.


Armand Ougock, Yaoundé

-Pour toute information, joindre la rédaction camerounaise de KOACI au 237 691 15 42 77- ou cameroun@koaci.com –


 
 
6302 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 11/05/2018
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login