Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Cameroun: Les chefs traditionnels détruisent la stèle d'une grande figure nationaliste
 
© koaci.com - Lundi 28 Mai 2018 - Des chefs traditionnels Bell, dans la ville de Douala, ont détruit, la stèle d’une grande figure historique camerounaise, en construction dans la métropole économique.

La communauté urbaine de Douala, entendait ériger un monument à la mémoire de Ruben Um Nyobe, surnommé le « Mpondol Search Mpondol », militant, syndicaliste et nationaliste camerounais de la première heure.


Il a été abattu de plusieurs balles, par l’armée française le 13 septembre 1958, dans la forêt, où il se cachait, alors qu’il menait une rébellion non armée.

Le nationaliste camerounais UM Nyobe, est entré dans l’histoire du Cameroun, pour avoir été la première personnalité politique à revendiquer l'indépendance de son pays en Afrique francophone et l'unification des parties orientale (sous tutelle française) et occidentale (sous tutelle anglaise).

Le « Mpondol Search Mpondol » est la figure de proue de l’indépendance du Cameroun. Il est présenté par l’opinion, comme le plus grand nationaliste camerounais.

Les chefs du Canton Bell, - Une chefferie phare de la métropole économique -, qui s’opposent à l’édification de la stèle, disent n’avoir pas été consultés par l’administration de la Communauté urbaine de Douala, avant l’édification du monument.

Les chefs traditionnels Douala, exigent à cette place, une stèle de Rudolph Douala Manga Bell, originaire de Douala, -leur martyre à eux-, contrairement à Ruben UM Nyobe, originaire de Boumnyebel, (Nyong-et-Kelle), région du centre.

Cette affaire fait resurgir depuis samedi, la question du « vivre-ensemble », célébré le 20 mai dernier lors de la 46e fête nationale de l’Unité et renforce le repli identitaire.

Le « vivre-ensemble » dont semble fier le Cameroun, est déjà fortement menacé dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, secouées depuis 18 mois par la crise anglophone.
La minorité anglophone, 20% de la population, se dit menacée.

Quelques séparatistes ont pris les armes pour défendre la république imaginaire d’ambazonie.

Les violences entre séparatistes et armée, ont fait une trentaine de morts dans les rangs des forces de défense et des centaines de victimes parmi les séparatistes, dont 6 viennent d’être condamnés par le tribunal militaire de Yaoundé, à des peines de prison de 10 à 15 ans.

Lire : http://koaci.com/cameroun-entre-prison-pour-activistes-anglophones-120107.html

Au moins 20 mille camerounais, se sont réfugiés au Nigeria, depuis le déclenchement de la crise anglophone.

Lire aussi : http://koaci.com/cameroun-dapres-moins-camerounais-violences-zone-anglophone-118361.html

Armand Ougock, Yaoundé

-Pour toute information, joindre la rédaction camerounaise de KOACI au 237 691 15 42 77- ou cameroun@koaci.com –
 
 
6498 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 28/05/2018
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login