Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Cameroun: Baisses de salaires, le gouvernement tente de rassurer une opinion secouée par l'emprunt auprès du FMI
 
Issa Tchiroma Search Tchiroma Bakary ce lundi (Photo KOACI)

©Koaci.com- Mardi 25 Juillet 2017- Le gouvernement camerounais tente de rassurer une opinion secouée par le nouveau programme économique et financier avec le fonds monétaire international (FMI), à travers un concours financier connu sous le nom de Facilité élargie de crédit (Fec).

Alors que les camerounais craignent des baisses drastiques, après la signature le 26 juin dernier d’un accord avec le FMI, -d’un montant de 483 millions de Droits de tirage spéciaux, soit environ 666,2 millions de dollars, équivalant à environ 400 milliards de francs CFA, dont 102 milliards de francs CFA disponibles dès l’approbation du Conseil d’Administration du FMI-, Yaoundé tente de rassurer en indiquant qu’il n’y aura pas de « baisse de salaires ».

D’après Issa Tchiroma Search Tchiroma Bakary, le ministre de la Communication, l’Accord dont il est question permet au Cameroun de tirer jusqu’à 175% du montant de ses réserves qui, aujourd’hui, s’élèvent à 275 millions de Droits de Tirage Spéciaux.

« Les facilités élargies de crédit, ne sont pas un programme d’ajustement structurel », a martelé celui qui assure le porte-parolat du gouvernement Yang Philemon III.

De plus, ajoute Tchiroma, le programme de Facilité Elargie de Crédit, ouvre la voie à des financements bilatéraux additionnels.

À ce titre, poursuit-il, 887 milliards de francs CFA sont attendus en plus du financement du FMI, en provenance de partenaires techniques et financiers.

Yaoundé explique, « le processus qui a abouti à la signature de l’accord avec le FMI, est une initiative endogène et non imposée de l’extérieur ».

Le programme a été initié, pour « enrayer la spirale baissière et dépréciative », de la situation économique qui s’est détériorée en Zone Cemac, au lendemain de la chute des cours du baril de pétrole.

Cette chute, a fait passer le taux de croissance moyen de la sous-région de 2,1% en 2015 à moins 0,7% en 2016, avec une dette publique représentant en 2015, 34,9% du Produit Intérieur Brut, pour se situer à 44,6% en 2016.

Quant aux réserves, elles passaient de 4 400 milliards de francs CFA en 2015, à 1 900 milliards de francs CFA, soit en termes de mois d’importations, de six à deux mois environ en 2016.
En ce qui concerne le solde extérieur courant, il était resté négatif jusqu’en 2016, se situant à hauteur de moins 10,2%.

Pourtant, dans le même temps, des experts annoncent des réformes entreprises pour faire face à la crise.

Ils évoquent une coupe de l’ordre de 100 milliards FCFA sur les dépenses de fonctionnement ».

Les lignes visées dans le budget 2017, concernent les véhicules administratifs, les frais de carburant et les missions des fonctionnaires et agents de l’Etat.

Armand Ougock, Yaoundé

Suivez l'évolution de l'actualité en temps réel avec notre application mobile Android (cliquez et installez-la sur votre mobile)


Ou Apple (cliquez et installez-la sur votre iPhone ou iPad)
 
 
2570 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 25/07/2017
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login