Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Burkina Faso: Le Président Kaboré dresse son bilan à mi-mandat exclusivement en langue mooré
 
©Koaci.com - Samedi 23 juin 2018 - Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a dressé samedi sur la radio Savane FM, son bilan Search bilan à mi-mandat, au cours de l'émission « 100 minutes pour comprendre », durant laquelle, il s’est exprimé exclusivement Search exclusivement en langue Search langue nationale mooré, une première depuis son accession au pouvoir.

Click to enlarge
Burkina Faso: Le Président Kaboré dresse son bilan à mi-mandat exclusivement en langue mooré
Le choix du mooré, langue Search langue majoritairement parlée au Burkina où on compte une soixantaine d'autres langues, avait suscité une polémique.

"En acceptant votre invitation à venir échanger en mooré, je n'ai pas dit que le mooré Search mooré dépasse les autres langues du Burkina. C'est la langue Search langue nationale que je maîtrise le mieux. J'ai parlé aujourd'hui en mooré, demain je le ferai en français. Je veux rassurer les Burkinabè que je ne fais aucune discrimination", a d'emblée précisé le président Kaboré avant de se prêter aux questions des journalistes avant celles des auditeurs qui pouvaient intervenir en direct.

Ces questions portaient essentiellement sur inquiétudes liées à la saison pluvieuse capricieuse, au déficit alimentaire dans 22 provinces, à la lutte contre le terrorisme, au Programme d’urgence pour le Sahel, à la grogne sociale, au fonds commun et au Plan national de Développement économique et social, son programme présidentiel.

Le président Kaboré a également abordé la question de la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, les délestages, les écoles sous paillotes, l’eau potable, la crise au sein du Conseil supérieur de la magistrature, les lotissements, le dossier des militaires radiés.

Abordant, le sujet du référendum sur la nouvelle Constitution, le président Kaboré a indiqué qui' "il est obligatoire de le faire"

"Nous avons regrouper les différents corps, que ce soit de la majorité ou de l’opposition et nous avons été unanimes là-dessus, le référendum sur la Constitution doit être fait en 2019. Il faut le faire. Mais pour le nouveau code électoral, il y a deux points de désaccord avec l’opposition mais nous discuterons encore et nous finirons par trouver une solution d’ici la semaine prochaine.", a-t-il indiqué.

Interpellé sur la coïncidence entre l'adoption de loi abolissant la peine de mort et la demande d'extradition de François Compaoré, qui pourrait être conditionnée par cette abolition, le président s'est voulu catégorique : "l ne faut pas mélanger les situations. Le cas François Compaoré est à part et celui de l'abolition de la peine de mort est à part".

"Pour le cas François, on l’appelle à venir répondre à des accusations qui sont portées contre lui. S’il vient et qu’il s’avère qu’il n’est pas coupable, il sera libéré", a-t-il assuré.

Le chef de l'État se prêtera dimanche soir au même exercice, cette fois en langue Search langue française et à la télévision nationale avec trois journalistes des médias publics et privés.

Boa, Ouagadougou
 
 
6791 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 23/06/2018
  2 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login