Logo Koaci
 
 
 
Burkina Faso: Inégalités hommes-femmes, persistance d'institutions et pratiques sociales discriminatoires, selon une étude
 
©Koaci.com – Jeudi 11 janvier 2018 - Une étude Search étude a révélé la persistance d’institutions et pratiques sociales discriminatoires au Burkina Faso qui s’est pourtant fortement engagé en faveur de la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes au cours des dernières décennies.

Les résultats de l’étude, menée par le Centre de développement de l’OCDE en partenariat avec le Ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale et de la Famille (MFSNF) et l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) du Burkina Faso, avec l’appui financier de la Coopération Autrichienne pour le Développement, ont été présentés ce jeudi à Ouagadougou.

‘’La persistance d’institutions et pratiques sociales discriminatoires entrave l’application du cadre législatif et engendre un manque à gagner économique pour le pays’’, selon l’étude des inégalités de genre SIGI Search SIGI Burkina Faso menée par le Centre de développement de l’OCDE en partenariat avec le gouvernement du Burkina Faso et la Coopération autrichienne.

Cette analyse des inégalités de genre est basée sur des données originales collectées dans le cadre de l’indicateur Institutions Sociales et égalité Search égalité Femme-Homme (SIGI) qui mesure les institutions sociales qui discriminent les femmes.

Les conclusions montrent que la réduction des inégalités de genre dans les institutions sociales - lois formelles et informelles, pratiques et normes sociales - favoriserait grandement l'autonomisation des femmes et contribuerait à accélérer le développement national. Par exemple, retarder l’âge du mariage permettrait aux filles de rester scolarisées.

Par ailleurs, les résultats soulignent des disparités régionales souvent masquées par les moyennes nationales. Dans certaines régions, les normes et pratiques informelles ont un impact négatif sur la mise en œuvre et l'efficacité des politiques et programmes nationaux favorisant l'égalité des sexes.

Dans ces cas, cependant, les résultats suggèrent que l’éducation peut être un agent de changement. Les individus ayant un niveau d’éducation supérieur ont des attitudes moins discriminatoires à l’égard des femmes et la prévalence des discriminations est moindre.

47% des femmes n’ayant pas eu accès à l’éducation primaire ont été mariées avant 18 ans, contre 12% des femmes ayant un diplôme secondaire, révèle l'étude.

Pour être efficaces et remettre en cause les normes et pratiques discriminatoires, les prochaines réformes doivent s’appuyer sur des campagnes de sensibilisation et l’implication des communautés locales. De même, une meilleure application des lois nécessite l'harmonisation entre le droit coutumier et statutaire.

Le Burkina Faso s’est fortement engagé en faveur de la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes au cours des dernières décennies à travers des mesures notamment dans le cadre de la Politique nationale genre, qui ont permis de réaliser des progrès dans les domaines de l’éducation des femmes, de leur santé et de leur participation politique.

Aujourd’hui, presqu’autant de filles que de garçons sont scolarisés dans le primaire. En outre, la maternité maternelle a diminué de 21 % entre 2005 et 2015.

Boa, Ouagadougou

 
 
3420 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 11/01/2018
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login