Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Burkina Faso: Une enquête révèle de nombreuses malversations sur les services payés de la Police
 
©Koaci.com – Jeudi 18 mai 2017 – Des investigations menées du 4 au 28 avril dans l’ensemble du pays sur les services payés Search services payés de la police Search police nationale ont révélés de nombreuses malversations et une gestion opaque, selon la synthèse des rapports d’investigations présentés mercredi à Ouagadougou.

Selon l’inspecteur général des services du ministère de la Sécurité, Saïdou Zetiyenga, une équipe de 14 inspecteurs sont allés dans les postes de police, des 13 régions du pays, qui assurent des missions de services payés Search services payés qui sont des actions de sécurisation auprès de particuliers contre rétribution.

Selon l'Inspecteur Général des Services (IGS), 166 services assurant des services payés Search services payés ont été contrôlés dans la période du période du 1er janvier 2016 à fin février 2017. Au total 408 institutions financières/hôtelières sont sécurisées.

«Contrats formellement établis (232), contrats partiellement signés (02), contrats inexistants (174) », a expliqué l'IGS.

S'agissant du nombre des sociétés minières sécurisées, il est de 14, avec 10 contrats conformes et 4 contrats inexistants.

L'enquête qui a concerné la période de janvier 2016 à février 2017 a mis à nu des pratiques irrégulières dans la gestion des fonds perçus des services payés.

Sur cette période, ‘’les recettes générées par l'ensemble des prestations rétribuées des services de la police Search police pour la période de janvier 2016 à février 2017 s'élèvent à 2 166 877 541 FCFA (environ 154 776 967 FCFA mensuellement). Sociétés minières: 683 433 678 FCFA. Structures financières, hôtelières et autres prestations: 1 483 443 863 FCFA’’, a poursuivi l'Inspecteur Général.

A la répartition de ces montants, 74,67% soit 1,1 milliard de FCFA revenait au personnel de la police, 25,33% soit 373 millions F CFA pour le fonctionnement. A ce titre 53% des dépenses liées au fonctionnement ont été faites sans aucune pièce justificative.

Selon les explications de l’inspecteur général des services Saïdou Zetiyenga, l’argent des services payés Search services payés était souvent utilisé comme une caisse de menues dépenses, ‘’sans pour autant respecter les règles qui régissent la gestion d’une caisse de menues dépenses’’.

Par ailleurs plus de 130 millions de francs CFA ont été distribués à 28 personnes dont le Directeur général (22 millions), le directeur général adjoint (14 millions), le directeur des unités d'intervention (10 millions), etc.

17 recommandations ont été faites pour assainir la gestion des services payés Search services payés dont celles de signer tous les contrats sans délai, harmoniser la clé de répartition, obtenir des justifications pour toute dépense, mettre formellement en place un comité de gestion dans chaque service; préciser les dépenses illisibles; relire le décret et prévoir des textes d'application.

‘’Tout cela a eu pour soubassement les failles du décret du 17 septembre 1979, il faut donc un nouveau. Mais en attendant, il faut des mesures conservatoires. C'est pourquoi il n'y aura plus de prélèvements jusqu'à nouvel ordre", a regretté le ministre de la Sécurité Simon Compaoré.

La synthèse du travail des inspecteurs sera envoyée au Président du Faso et au Premier Ministre, a-t-il signifié.

‘’Le ministre a reconnu qu’il y a de l’opacité, il y a des gens qui exploitent d’autres. Et c’est ce qui justifie le mouvement d’humeur que nous avons constaté depuis quelques temps au niveau des casernes de la Police nationale. Mais, nous sommes quelque peu attristés parce que c’est à cause de l’injustice dont ce rapport fait échos que nos 136 camarades sont aujourd’hui dans la rue. Ils ont été radiés pour des raisons fallacieuses, pour des règlements de compte. Les mêmes personnes qui les ont radiés en 2011 pour ces mêmes pratiques que le ministre d’Etat a reconnues ce soir, continuent encore en 2017 d’exploiter des hommes’’, a déclaré le secrétaire général de l’Union police Search police nationale (UNAPOL), Wakilou Senou.

‘’Reconnaître que des deniers publics ont été détournés et dire seulement de faire des compléments de justificatifs, nous disons que des conséquences doivent être tirées. Aujourd’hui, si les fautifs sont honnêtes, ils doivent démissionner parce que c’est un désaveu des pratiques au niveau des services de police’’, a-t-il soutenu.

En rappel, la répartition des fruits des services payés Search services payés avait été à la base d'une grogne des éléments de la Compagnie républicaine de sécurité qui a entraîné la démission du directeur général de la police, Lazare Tarpaga.

Boa, Ouagadougou
 
 
35812 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 18/05/2017
  1 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login