Logo Koaci
 
 
 
 
 
 
Blanchiment d’argent , justice à double vitesse ?
 
::koaci.com Dakar::

La justice sénégalaise serait-elle abonnée à la politique de « deux poids deux mesures » ? En tout cas, le traitement des affaires judiciaires, n’est pas pour rassurer. La dernière affaire en date et en cours, celle de l’ancien premier ministre et président de l’assemblée nationale, Macky Sall, n’est pas sans soulever des commentaires. En rupture avec son parti (Pds, au pouvoir) depuis trois mois, M. Sall qui a créé sa formation politique dénommée Apr /Yaakaar (espoir) est accusé par les services du ministère de l’intérieur de « blanchiment d’argent en relation avec un chef d’Etat étranger ».
Tout est parti d’un de ses proches, Abdoulaye Sally Sall résidant au Gabon, interpellé à l’aéroport Léopold Sédar Senghor dimanche dernier. Le nom du président gabonais, Omar Bongo Ondimba, est sur toutes les lèvres. Sans que le communiqué publié par le ministre de l’intérieur ne le cite nommément. Ce que les conseils de M. Sall considèrent comme « une ingérence et une entorse aux règles de la diplomatie ».

Mais, la question semble plus importante lorsqu’on évoque des motifs de blanchiment d’argent. En effet, il y a quelques mois, le directeur de publication du journal 24 heures Chrono, El Malick Seck, a été condamné à trois ans d’emprisonnement ferme pour avoir révélé que « le chef de l’Etat, et son fils, Karim Wade (étaient) mouillés dans une histoire de blanchiment d’argent provenant des braquage des banques de Bouaké Search Bouaké Côte d’ivoire) et estimé à « plusieurs milliards de francs Cfa ». Voilà ce qui lui (le journaliste) a valu et lui vaut toujours son incarcération. Aujourd’hui, c’est un ancien proche du chef de l’Etat qui subit les foudres de la justice. Au moment où l’accusation portée contre Wade-père et Wade-fils n’a jamais été élucidée jusqu’ici. L’on connaît le rocambolesque feuilleton Idrissa Seck (ancien premier ministre de Wade) et le « détournement de l’argent des chantiers de Thiès ». Le dénouement spectaculaire à la calculette politique qui finira par disqualifier la Haute cour de justice qui était chargée de le juger. Aujourd’hui M. Seck est en voie de retour à son ancien parti, le Pds.

Entre le traitement du dossier sur blanchiment de l’argent de Bouaké Search Bouaké et celui collé à Macky Sall depuis hier, n’y a-t-il pas une justice à deux vitesse ?
 
 
2829 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 27/01/2009
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login