Logo Koaci
 
 
 
GHANA-NIGERIA : Le Ghana refuse de fléchir devant le parlement de la CEDEAO
 
Hannah Tetteh (ph), le ministre ghanéen du Commerce et de l'Industrie

GHANA - ACCRA LE 1ER JUILLET 2012 © koaci.com - Madame Hannah Tetteh, le ministre ghanéen du Commerce a révélé le vendredi dernier à Accra que « que le gouvernement (ghanéen) ne va pas céder sous la pression du Parlement de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) » quant à ce qui concerne son projet de renvoyer les commerçants étrangers qui ne se mettront pas en conformité avec les lois d’investissements au Ghana.

Il y a deux semaines, La Chambre des Représentants, le parlement du Nigeria, a invité les responsables de la CEDEAO a empêché le Ghana de déporter les commerçants nigérians qui exercent de petits commerce sur le territoire ghanéen au risque de provoquer le gèle des relations entre les deux pays.

Face à la volonté des autorités ghanéennes de réguler le milieu des affaires en imposant la paye de la somme de 300,000 dollars à tout commerçant expatrié pour se conformer à la Loi d’investissement Search Loi d’investissement de 1994, on semble s’acheminer vers un bras de fer. Si d’un coté le parlement nigérian a pris l’initiative de saisir le parlement de la CEDEAO pour faire changer d’avis le Ghana, de l’autre coté, le ministère ghanéen du Commerce maintient sa décision d’expulser des commerçants étrangers s’ils ne se conforment pas aux lois en vigueur au Ghana.

Parlant de l’interprétation que les medias font de cette affaire, Hannah Tetteh a reconnu que « je suis au courant qu’au Nigeria nos actions ont été interprétées comme des actions dirigées contre des commerçants nigérians ».
En attendant l’arrivée d’une commission d'enquête de la CEDEAO pour trouver une solution durable à cette crise, Hannah Tetteh a été ferme lorsqu’elle a affirmé que le gouvernement ne cèdera pas sous la pression du parlement de la CEDEAO quant à ce qui concerne sa législation.

En s’interrogeant sur les prérogatives du parlement de la CEDEAO, le ministre ghanéen du Commerce s’est demandé si c’est le parlement de la Communauté qui a le pouvoir exécutif au Ghana ou bien si c’est le gouvernement ghanéen qui le détient. Dans cette même lancée, elle s’est interrogée « quel droit le parlement de la CEDEAO a pour nous demander de suspendre une loi ? Allez revisiter le mandat du parlement de la CEDEAO pour savoir s’il a l’autorité sur un Etat membre ».

De la tournure que prend cette affaire, Philippe Longdon, un membre de l’opposition NPP reproche au gouvernement ghanéen sa stratégie, laquelle vise à fermer les magasins appartenant aux commerçants étrangers. Le NPP craint donc que cette affaire pourrait non seulement affecter la relation entre les deux pays mais aussi mettre en difficulté les ghanéens vivant au Nigeria.

Et comme un effet annonciateur, des remous se font sentir au Nigeria. Certains commerçants ghanéens vivant au Nigeria seraient confrontés à des difficultés dues à l’incompréhension entre le Ghana et le Nigeria.

Mensah,KOACI.COM ACCRA; copyright © koaci.com
 
 
5804 Visit(s)    2 Comment(s)   Add : 02/07/2012
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
See his contributions Elvis1
 
Oeil pour oeil dent pour dent!
 
 
 
See his contributions Charlie Bronx
 
Qui a élu le Parlement de la CEDEAO ?!Je savais même pas que ça existait.
 
 
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login