Logo Koaci
 
 
 
COTE D'IVOIRE: Pourquoi les ivoiriens n’aiment pas lire ?
 
ACTUALITÉ INFO NEWS COTE D'IVOIRE:: ARTICLE DE LA RÉDACTION DE KOACI EN COTE D'IVOIRE ::

© koaci.com - Les ivoiriens n’aiment pas la lecture. C’est une réalité indiscutable. Pourquoi n’aiment-ils pas les livres ? Telle est la question à laquelle plusieurs brillants professeurs de lettres, spécialistes du livre et autres sociologues ont déjà tentés de répondre au cours de conférences ou lors des journées consacrées au livre. La répétition étant pédagogique, nous revenons sur le sujet avec l’espoir qu’en lisant ces lignes quelques uns puissent prendre conscience de l’importance de la lecture et lui accorder la place qui lui revient dans le processus de formation intellectuelle, morale et spirituelle de l’homme.

La meilleur façon de cacher des billets de banque à un africain consiste à les placer entre les pages d’un livre. De la sorte, c’est sûr que jamais ce dernier ne pourra les retrouver. C’est une boutade bien connue des africains mais qui relate surtout bien l’aversion que les ivoiriens, jeunes ou adultes, ont pour les livres. Les raisons avancées par ces élèves, étudiants, travailleurs ou chômeurs varient d’une personne à une autre.

Si plusieurs parmi eux s’empressent de dénoncer les coûts trop élevés des livres par rapport à leur bourse, l’aversion d’un grand nombre pour les bibliothèques témoigne plutôt que le problème n’est pas à ce niveau. En effet, il existe des bibliothèques publiques et privées qui ouvrent leurs portes aux lecteurs à partir d’une simple inscription dont le coût varie entre 1000 francs CFA (Bibliothèques municipales et scolaires) et 10.000 francs CFA (bibliothèque du CERAP). Cet abonnement donne droit à une année de consultation sur place et gratuite des bouquins et autres documents avec la possibilité de les emporter chez soi pour une semaine. Malheureusement, les ivoiriens ne sont pas friands de ces lieux calmes, propices à la lecture et à la réflexion. La réalité qui écœure dans cette histoire, c’est que ceux qui évoquent la cherté du livre comme un frein à la lecture sont les mêmes capables de débourser des sommes énormes dans les maquis ou pour des fringues et autres futilités qui n’apportent rien à leur développement intellectuel. Il suffit de côtoyer les maquis et caves en vogue en ce moment dans le pays pour se faire une petite idée sur les centres d’intérêts des ivoiriens et ce qu’ils sont prêts à dépenser pour faire plaisir à la bouche, au ventre ou aux yeux.

Aujourd’hui, il est avéré que la qualité du niveau des étudiants, intellectuels et cadres ivoiriens à baissée. L’explication pourrait se trouver de ce côté-là.

La puissance des livres à communiquer le savoir, à favoriser l’éveil culturel et à développer l’esprit critique est indiscutable. Malheureusement, la génération actuelle n’à que faire de ces avantages. Pour quelques amoureux de la culture livresque, les décideurs politiques et les spécialistes de l’éducation devraient multiplier les communications autour des livres pour informer parents d’élèves et citoyens lambda sur les multiples vertus de la lecture. C’est une culture que les populations devraient adopter en Côte d’ivoire. Selon eux, la sensibilisation à ce niveau est sporadique et les efforts pour rapprocher le livre des potentiels lecteurs en créant par exemple des bibliothèques dans toutes les écoles ou en encourageant les concours littéraires, sont anémiques.

Or il faudra plus que la construction des bibliothèques dans les écoles ou une politique de réduction du prix des œuvres littéraires pour emmener les ivoiriens à lire. Cette répugnance, à la lumière du constat fait sur le terrain, relève plutôt d’une paresse congénitale doublée d’un manque d’intérêt chronique pour ce qui est essentiel. Qui des parents, professeurs ou gouvernants est responsable de ce phénomène chaotique qui gangrène la Côte d’ivoire depuis quelques générations ?

François Mérouze
 
 
10264 Visit(s)    0 Comment(s)   Add : 01/12/2011
  10 Vote(s)
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments
To comment on this content please login
 
 
 
 
 
 

Chargement...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Newsletter
 
 
Stay connected via our newsletter
 
Subscribe
Unsubscribe
 
 
Ok"
 
 
L'Application KOACI
 
 
 
 
 
 
Connection    |
      | Register
 
 
 
Deja registered !
Login