Cameroun Société
 
Cliquez pour agrandir l'image  
16 prisonniers en cavale, grosse alerte et frayeur à  Bamenda
 

16 prisonniers en cavale, grosse alerte et frayeur à  Bamenda

 
 
 
 3618 Vues
 
  0 Commentaire(s)
 
 Il y a 10 ans
 
 
 
 
 
© Koaci.com - jeudi 28 mai 2009 - 20:32

::Koaci.com Yaoundé::La ville anglophone de Bamenda dans la Région du Nord-Ouest du Cameroun vit dans la psychose. Pour cause, 16 dangereux prisonniers se sont évadés de la prison centrale de la ville.::

Dans le nuit du Samedi 23 Mai dernier à  Bamenda, une ville anglophone du Cameroun, une mutinerie a éclaté dans la prison centrale de la ville. Pour la quatrième fois depuis le début de lÂ’année 2009. 17 prisonniers se sont évadés avant que, trois jours plus tard, lÂ’un des prisonniers du nom de Leonard Yulem soit rattrapé. Une arrestation qui nÂ’a rien enlevé à  la panique des populations. En fait, les 16 autres prisonniers sont toujours en cavale parmi lesquels, She Georges Tantah, un dangereux condamné à  mort. Que se soit autour de la prison ou dans la ville, la mobilisation des forces de lÂ’ordre est sans précédent.
Sur les circonstances de cette évasion, lÂ’on ne sait pas grand chose. Tout au plus, des sources autorisées affirment que les évadés ont réussi à  percer un trou sur la toiture de leur cellule, ce qui facilité leur fuite. SÂ’échappant par la toiture de leur cellule, ils ont transité par la cour du quartier des mineurs située dans lÂ’aile gauche de la prison. Dès lors, le seul obstacle à  franchir pour se retrouver à  lÂ’extérieur du pénitencier nÂ’était quÂ’un mur en chantier. « La clôture de la prison étant en bambou de chine » selon un quotidien camerounais, il a été facile pour les prisonniers de sÂ’en extraire.
Le Régisseur de la prison, John Asong Fouzou, sÂ’est refusé à  tout commentaire, indiquant à  des correspondants sur place que la recherche des fugitifs se poursuit activement.

Fait non négligeable, le Vendredi précédant leur évasion, des détenus auraient organisé une manifestation pour protester contre la prolongation jugée excessive de leur période de détention provisoire. Et, revendiquer leur comparution devant le juge dÂ’instruction. Une « injustice » que certains des prisonniers ont voulu vraisemblablement réparé en se libérant dÂ’eux mêmes.

Pour rappel, au Cameroun, les conditions de détention ne sont pas toujours humaines. Outre la surpopulation carcérale, les organisations des droits de lÂ’homme indexent souvent des lenteurs judiciaires qui maintiennent trop longtemps des personnes détenus provisoirement. Ils évoquent aussi le manque de personnel en charge de lÂ’administration pénitentiaire et les conditions de travail précaires de ces derniers. Autant de raisons qui peuvent favoriser les évasions de cette nature.

 
 
  Par Koaci
 
 
 
 
 
 

SONDAGE

Côte d'Ivoire: Après les résultats de l’analyse de l’intoxication à Abatta, faut-il interdire la fabrication du Koutoukou dans le pays ?
 
 
   + Voir les resultats
 
 
DERNIER SONDAGE
 
Côte d'Ivoire : Peut-on parler de génocide en ce qui concerne l’attaque des Wê en 201...
 
1270
Oui
76%  
 
322
Non
19%  
 
75
Sans avis
4%  
 
 
KOACI
 
 
L’Info au Cœur de
l’Afrique
 
en ligne depuis 2008